Johanna-Sylvain Joseph vise le Prix Jeunesse Francophone 3535

  • Diane Bissereth | jeudi 26 juillet 2018
Photo soumise par Johanna-Sylvain Joseph

Les Prix Jeunesse Francophone 3535, organisé à Abdijan en Côte d’Ivoire, récompensent, chaque année, trente-cinq (35) jeunes francophones remarquables et inspirants âgés de moins de trente-cinq (35) ans, des jeunes qui comptent des réalisations exceptionnelles dans leurs communautés. Pour cette troisième édition, Johanna-Sylvain Joseph sera la représentante d’Haïti.

Les « Prix Jeunesse Francophone 3535 » sont à l’initiative de « l’Association 3535 », une plateforme regroupant des jeunes professionnels dans 20 pays francophones. Durant trois (3) jours, soit du 9 au 11 novembre 2018, la ville d’Abidjan sera le lieu le plus convoité du continent africain ou un grand nombre de jeunes issus des cinq continents prendront part à la désignation des gagnants des Prix Jeunesse Francophone 3535.  

 

En plus des attributions de « Super Prix et Prix Spéciaux », ces derniers seront répartis dans onze (11) catégories notamment Dirigeant d’Entreprise, Agriculture et Agri Business, Plaidoyer et Société Civile. 

 

Des modalités qui font partie du domaine d’évolution de Johanna-Sylvain Joseph. 

 

Avocate au barreau de Port-au-Prince, Johanna-Sylvain Joseph est détentrice d’une licence et d’une maîtrise en Droit public général de l’Université de Droit et des Sciences politiques de Montpellier en France.

 

Elle est également spécialiste juridique sur des projets de relance agricole. Fondatrice du Cabinet JSJ Law Services et Ass et Co-fondatrice de la plateforme Conversations Essenti’Elles, MeJoseph a répondu à quelques questions qui concerne surtout sa participation à la 3e édition des Prix Jeunesse Francophone 3535. 

 

Dofen News : Comment avez-vous pris connaissance de l’existence de ce concours ? 

Johanna-Sylvain Joseph : Je cherchais des concours à l’international afin de pouvoir me positionner sur leur marché et je cherchais aussi de nouveaux challenges. J’ai fouillé un peu partout sur internet et je suis tombée sur celui-là et je me suis dit pourquoi ne pas essayer.  Donc voilà ou tout a commencé. 

 

D.N : Quels sont vos attentes a l’issu de ce concours ? 

J.S.J : Je suis heureuse d’avoir passé le stade de délibération du jury et d’avoir été retenue comme finaliste. Je vais me surpasser pour être l’un des trois (3) premiers finalistes ou finaliste d’une super catégorie  mais je prends tout ça avec sérénité. L’avenir nous dira le reste, mais je suis extrêmement honorée d’aller représenter mon pays à l’International. 

 

D.N : Participer à ce concours apportera quoi de plus pour vous ?

J.S.J : Être finaliste à ce concours représente une grande satisfaction personnelle, une reconnaissance à l’international pour tous les efforts et sacrifices consentis dans l’exercice de ma profession et de ma jeune carrière en Haïti. Ma participation montrera qu’Haïti a des jeunes compétents, des experts confirmés. C’est avec Honneur, fierté, et avec un sentiment de devoir accompli que je vais représenter mon pays en Côte d’Ivoire. 

 

D.N : Quels ont été les plus grands obstacles auxquels vous avez fait face tout au long de votre parcours ?

J.S.J : Durant mon jeune parcours, j’ai confronté beaucoup d’obstacles. Haïti n’est pas un pays facile, on doit s’armer pour se battre et avancer. Il faut être motivée, être une battante et savoir ce qu’on veut, d’où l’on sort et où on veut aller. Avec ce sentiment, j’ai été prête pour vaincre et je vaincrai tout obstacle car la problématique n’est pas les obstacles rencontrés sur le chemin mais la capacité à les dépasser et à les transformer en force positive pour construire son chemin et aller de l’avant. 

 

D.N : Aviez-vous douté une fois de vous ou de vos capacités ? Une combinaison qui, jusque-là, vous a permis d'arriver là où vous êtes aujourd’hui. 

J.S.J : Je suis déterminée ; quand je me fixe un but, je fais tout ce qui est en mon possible pour y arriver, je mets tout en œuvre pour l’atteindre. Tout le monde a des moments de faiblesse, tout le monde rencontre des obstacles dans sa vie, plus d’une fois. Heureusement, j’ai un Dieu qui me guide, une famille et des amis qui croient en moi, au moindre moment de faiblesse, ils sont toujours en train de me remonter le moral, de m’accompagner dans mes idées. Ils m’aident, ils veulent que je me surpasse et ils me disent tout le temps que je vais y arriver.  Donc, à chaque baisse de motivation, je m’entoure de ceux qui me font grandir et qui me poussent de l’avant.

 

D.N : Si vous aviez la possibilité de revenir en arrière pour changer quelque chose, ça serait quoi ?

J.S.J : Question piège (rires). C’est tellement difficile de répondre à cette question parce qu’il faudrait que je fasse un retour en arrière en souvenirs  de ma vie et voir ce qu’il aurait fallu que je change. En y réfléchissant, ça serait, peut être, mon tempérament (rires)  mais bon je ne l’ai pas choisi du coup je pense que ça va jusque-là.

 

D.N : Avez-vous un conseil pour toutes les jeunes femmes qui coudraient, comme vous, devenir avocate et vouloir représenter Haïti à l’échelle internationale ? 

J.S.J : Mon conseil pour elles est de toujours croire, de croire en leur rêve. Exploiter vos potentialités, croyez en vous, en vos capacités, donnez vous les moyens de réussir. Ne vous découragez pas au premier obstacle, soyez déterminées et fixez-vous un but et faites tout ce qui est en votre possible pour l'atteindre. 

Vous  avez pour ambition d'aller représenter Haïti ? Vous pouvez le faire. Pour ce faire, vous devriez vous éduquer, vous former et osez croire que vous avez les moyens de postuler et de réussir.   

 

 



381 vues