Dix (10) chansons contre les violences envers les femmes et les filles.

  • Hervia Dorsinville | jeudi 22 novembre 2018
Source photo aleeka.com

Les amants de la musique savent trop bien qu’elle peut apaiser la douleur, favorable aux souvenirs et bien mieux pour apprendre. Pas étonnant qu’elle prend une si grande place dans notre vie. Mais elle est aussi l’un des exutoires que beaucoup de femmes et hommes artistes ayant été victime ou témoin de violence utilisent pour exprimer leur colère, leur peur, leur douleur, et leur honte. Les de violences faites aux femmes sont toujours sensibles et sapent le moral.

Ici, nous vous présentons une liste de dix chansons à écouter et à faire écouter aux victimes de violences, ou à faire écouter à vos filles et vos fils pour les éduquer au sujet des violences faites aux femmes et aux filles. C’est une petite liste, elle suit une logique d’appréciation personnelle, elle n’est pas dressée par ordre d’importance, elle n’est pas exhaustive, et elle prend en compte de nombreuses catégories musicales hip-hop/rap, jazz, blues, R&B, Compas, etc. 

 

Ma souffrance – Diam’s 

Nous débutons cette liste avec une chanson de Diam’s, qui est un témoignage chargé d’émotion. Cette chanson est sortie en 2003, genre Hip-Hop, et de l’album « Brut de femme ». La chanteuse a été victime, comme de nombreuses autres, de violence conjugale et a pris la musique comme refuge. Dans ce titre, elle raconte son passé de femme battue avec toutes les violences physiques qu’elle a subies. Le site Le Journal Des Femmes rapporte que la chanteuse a raconté lors d’une campagne d’Amnesty International : « J’avais 17 ans. Outre des violences physiques, je subissais un harcèlement psychologique destructeur. Je n’ai pourtant jamais porté plainte. Parce que j’avais peur. Parce que c’était la honte. » Un titre à découvrir absolument. 

 

The Last To Say – Atmosphere

Ce titre a été chanté en 2011, raconte l’histoire d’un garçon témoin de son père battant sa mère. Et lorsque c’était le garçon qui était la cible de la fureur de son père, sa mère s’interposait toujours et recevait les coups à sa place. Le garçon à son tour, lorsqu’il eut sa propre famille reproduit le même comportement destructeur que son père parce qu’il a été sévèrement atteint psychologiquement par les violences qu’il a été témoin dans son enfance. Le refrain de la chanson, simple et direct, contient toute la force du message que l’artiste tient à faire passer, « Let me be the last to say, please don’t stay/Laisse-moi être le dernier à dire, s’il te plait ne reste pas ; Let me be the last to say, that you will not be well/Laisse-moi être le dernier à dire, que tu n’iras pas bien. »

 

Djannie – Emeline Michel 

Reine de cœur, notre icone de la musique haïtienne a également chanté contre la violence envers les femmes et aux filles, plus spécialement la violence domestique. Elle partage l’histoire d’une femme battue qui doit partir de chez elle pour sauver sa peau. Djannie est un titre de son album Quintessence sortie en 2015. Une chanson a écouté en boucle. 

 

U.N.I.T.Y – Queen Latifha 

En 2009 Queen Latifha a révélé publiquement qu’elle a été victime d’abus sexuelle par son baby-sitter, et s’était murée dans son silence jusqu’à cette date. Cette musique a été écrite dans un contexte où le gangsta rap avait beaucoup d’ampleur avec Ice cube et Dr. Dre et parmi ces nombreux artistes ils y avaient ceux qui chantaient des paroles dégradantes envers les femmes. Elles étaient communément appelées bitch ou ho. Queen Latifha a dénoncé ces pratiques insultantes, encouragé les femmes noires à se respecter et de ne pas accepter les abus venant des hommes qui essaient de les rabaisser. Cette chanson a gagné un Grammy dans la catégorie meilleure Rap solo performance. 

 

Love the way you lie – Rihanna ft Eminenm 

Cette chanson a fait le tour du monde, et a eu un succès fou. Assurément elle doit vous être familière, mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’elle a été chantée dans un contexte où Rihanna venait d’être battue par son copain de l’époque Chris Brown. Même s’ils ont fini par retourner ensemble parce qu’elle a pardonné à son agresseur. L’artiste a aussi confiée au Billboard en 2010, qu’elle l’avait fait pour dénoncer les dangers d’une relation abusive.

 

Stone cold dead in the market (He had it coming) – Ella Fritzerald ft Louis Jordan 

C’est un titre entrainant qui est sorti en 1946, par ces deux icones du Jazz américain. Il raconte l’histoire d’une femme battue qui a tué son mari alcoolique à coup de rouleau à pâtisserie qui se moque bien de terminer sur la chaise électrique pour son crime. 

 

Victorious – Ruthshelle ft Veeby 

Comme vous le savez Roody Rood Boy et Ruthshelle Guillaume formaient le couple le plus glamour parmi les artistes populaires auprès des jeunes ici en Haïti. Et leur histoire s’est très mal terminée comme le témoigne les images du visage boursouflée de Ruthselle après que son compagnon l’ai battue. L’artiste dit : « plus jamais dans sa chanson »; elle fait comprendre avec force d’émotion et de sentiments qu’elle n’est plus la femme qu’elle était avant.

 

Pa leve men w sou li – System Band 

Titre sortie en 2012, chanté par Dabenz Chery a été très populaire lors de sa sortie. Mais elle est critiquée aussi parce que malgré qu’elle traite de violence envers les femmes, c’est uniquement de manière superficielle. Dès les premières secondes de la chanson, l’artiste détruit tout l’impact de son message en disant : « Se pa sa w fè a, men se jan w fè l la/Ce n’est pas ce que tu as fait, mais de la manière dont tu l’as fait. » Certains critiques disent que la chanson est paradoxale car elle fait l’apologie de la violence tout en la dénonçant.

 

Love has never lived here – Kinetik 

Avec ce titre sorti en 2009, Kinetik racontait son enfance et ses parents qui projetaient juste une image positive d’une famille parfaite. Pourtant son père était alcoolique, battait et injuriait sa mère. Son père pouvait être si violent qu’il ne parvenait pas à s’endormir tellement les cris de sa mère le gardait éveiller. Enfant, il s’était promis de tuer son père la prochaine qu’il levait la main sur sa mère. 

 

Outside of that – Bessie Smith 

Pour ceux qui aime le blues, vous allez apprécier ce titre sorti en 1923 ou cette talentueuse femme raconte son histoire d’amour avec un homme qui lui a cassé les deux dents et elle raconte comment c’est difficile de quitter un homme violent. 

 

Nous espérons que vous avez trouvé quelque chose de nouveau dans cette petite liste pour vous permettre d’enrichir votre playlist. Quoi de plus satisfaisant d’allier l’utile et l’agréable ! Nous avons aussi quelques mention honorables comme : He hit me (And it felt like a kiss) – Crystals; Till death do us part – Madonna  ; Throw Your Hands Up – Missy Elliott ft Lil’ Kim ; Femme battue – Nicola Ciccone ; Battue – Zayna ; Gros cons – Fatals Picards ; Si j'étais un homme - Chilla ; Man Down – Rihanna ; It wont stop – Domination ; Tear Trax – Cashmere The pro ; Love is blind – Eve ; Live N Breathe – Self Scientific. 

 

Pour finir, il est aussi nécessaire de faire mention des chansons dans certaines régions du monde qui cautionnent la violence envers les femmes ou qui ont une position très controversée quant à cette problématique. Nous avons découvert : Histoire d’aimer – Dalida ; D’la vrai amour – Gaby Montbreuse ; La fessée – Georges Brassens ; Quatre-vingt-quinze pour cent – Georges Brassens.



192 vues