Kri Fanm Ayiti (KRIFA) lance le projet de « Préparation et Accompagnement à la Réinsertion des Femmes et Mineures détenues dans la prison civile des Femmes de Cabaret »

  • Par Diane Bissereth | vendredi 31 mai 2019
Crédit photo : Dofen News

L’organisation Kri Fanm Ayiti (KRIFA) a lancé officiellement ce 24 mai le projet de « Préparation et Accompagnement à la Réinsertion des Femmes et Mineures détenues dans la prison civile des Femmes de Cabaret ». Organisé dans les locaux du centre de détention pour femmes à Cabaret, ce lancement a été l’occasion pour les organisatrices de démontrer aux détenues que leurs sorts importent aux yeux des gens de l’extérieur.


En partenariat avec Avocats Sans Frontières Canada (AFSC), KRIFA a procédé le vendredi 24 mai au lancement officiel du projet « Préparation et Accompagnement à la Réinsertion des Femmes et Mineures détenues dans la prison civile des Femmes de Cabaret » dont l'objectif final est de permettre aux prisonnières de pouvoir mener une vie digne après leur remise en liberté.


« Les détenues font partie d'une catégorie considérée comme étant vulnérable, leurs problèmes et préoccupations nous interpellent et nous avons le devoir d'intervenir en leur faveur. » déclare Esther Grégoire, membre de KRIFA, dans ses propos de bienvenue. 


« C'est dans cette optique que la réinsertion sociale a été la thématique choisie parmi tant d'autres pour les aider à se réintégrer après leur libération. » continue t-elle. 


Dans le discours tenu par la coordonnatrice de KRIFA, Guerlyne Residor a, avant toute autre chose, remercié les représentants des institutions sans qui cet événement n'aurait pu avoir lieu. 


« Je remercie Avocats Sans Frontières Canada qui nous a permis de bénéficier de ce projet. Ils ont compris qu’aujourd’hui le monde a surtout besoin de l'audace de la liberté, de l'exigence de l’égalité et de la volonté de la fraternité. » souligne la coordination de son allocution de circonstance. 


Un ensemble d’activités d’apprentissage comme des cours de reliure, de carrelage, des formations sur les produits de détergent sont prévues dans le cadre de de projet. A travers ce programme, KRIFA souhaite jeter les bases de la culture de réhabilitation en Haïti afin de réduire le taux de la récidive et de la délinquance générale », poursuit-elle. 


De son côté, le chef de Mission d'ASFC M. Appolinaire Fosto a expliqué que la présence de l’institution qu'il représente dans ce projet symbolise un message d’espoir pour dire aux femmes de la prison qu'il y a une vie après cette expérience.


Le projet Préparation et Accompagnement à la Réinsertion des Femmes et Mineures détenues dans la prison civile des Femmes de Cabaret sera exécuté sur une période d'un an. De façon spécifique, elle a pour objectif de sensibiliser et fournir un appui à cinquante (50) femmes et Mineures détenues dans la prison civile des Femmes de Cabaret en vue d'une meilleure gestion de la période d’intégration après la liberté. 


Elles bénéficieront entre autres d'une assistance psychologiqueetsociale pour leur intégration sur le marché du travail. Un suivi sera également effectué pour celles qui seront libérées au cours du projet. Après leurs libérations, elles auront la possibilité de continuer à suivre les diverses formations, et les membres de KRIFA les aideront à mettre sur pied un « petit business » qui aura un grand rôle à jouer dans leur processus d’intégration et de réinsertion sociale. 


Notons que KRIFA, principal initiateur de ce projet, a été crée en octobre 2018. L'organisme a pour mission la défense et la promotion des droits des femmes et des filles en Haïti par l'éducation, la santé, le développement et la réinsertion sociale des plus vulnérables.



98 vues