Tête à tête avec une Grenadière : Kerly Théus, la gardienne aux doubles facettes !

  • Par Caleb Jephté PIERRE / Foot Fem HT | lundi 16 septembre 2019
17 vues

Crédit photo : page facebook FFH

Charismatique, enjouée, bavarde et démonstrative, on entend Kerly Théus arriver, elle n’a pas sa langue dans la poche quand il s’agit de motiver ses coéquipières. Dans cet entretien réalisé par Foot Fem HT, la gardienne du Santiago Morning au Chili, 20 ans, se penche sur sa personnalité, son parcours, son rapport au football et les éliminatoires des JO de Tokyo qui arrive sous peu.

1. Si tu devais te décrire en quelques mots...
En fait, je suis deux personnes ; la personne que tu vois sur le terrain est différente de celle que tu vois en dehors du terrain. Je ne digère pas les défaites, j'ai beaucoup de caractères, je n'accepte jamais d’être sur le banc et je suis toujours prête à aider tout le monde.
En dehors du terrain, je suis une personne cool qui n’aime pas trop les ambiances, je suis très simple et très drole à la fois. 


2. Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le foot ?
Beaucoup de choses me plaise dans le foot. Ça me fait plaisir quand on félicite mon équipe après un match ou une compétition surtout quand c’est Haïti qui est en question. 


3. As-tu vécu des moments difficiles ?
Oh oui, j’en ai surmonté beaucoup de moments difficiles ! J’ai connu ma première période difficile à 14 ans, à l’époque, j’intégrais l’Académie Camp Nous et j’étais nulle au foot, il y avait beaucoup de déchets et de critiques  aussi.
Le deuxième moment difficile c’était avant la Coupe du Monde de France 2018. J’étais blessée avant le début de la compétition et je ne pouvais pas retenir mes larmes à cette époque. Mais, j’ai pas baissé les bras et grace à ma motivation et celles de mes coéquipières, j’ai fini par jouer ce prestigieux tournoi. 
Le dernier que j’ai vécu c’est au Chili où j’ai pas pu enchaîner les matchs avec mon club dans le championnat chilien et ce, pour une raison que je ne sais pas et que tout le monde en ignore. Mais, je vois uniquement le coté positif de cette décision qui me booste encore plus à travailler afin d’être toujours au sommet. 


4. Les éliminatoires des JO arrivent, comment est la motivation de ton coté ?
La motivation est toujours la même, on doit faire une bonne compétition devant notre public en Octobre. Je sais que Porto Rico n’est jamais facile pour Haiti, je ne connais pas vraiment Suriname mais, on va faire de notre mieux pour pouvoir réaliser l’essentiel.


5. Quatre (4) gardiennes s’entraînent pour l’instant avec le premier groupe de joueuses retenues et en plus, il y a toi et Jonie Gabriel, comment vois-tu cette concurrence ?
Je suis à l’étranger et j’accumule beaucoup d’expériences, j’apprends toujours des autres et je pense que ce sont ces trucs là que je vais répéter durant les matchs qui viennent. 


Concernant les autres gardiennes, je n’ai pas grande chose à dire par ce que je sais les filles du centre travaillent beaucoup et Jonie travaille beaucoup aussi au Canada. Mais, j’ai un message pour elles : « Travaillez dur par ce que Kerly est beaucoup motivée pour cette compétition et, je vais prouver tous mes qualités dans les entraînements pour que la cage de l’équipe soit gardée par moi durant le tournoi. »


6. Tu es confiante en une qualification d’Haiti pour les JO de Tokyo l’année prochaine ?
J’ai aucune idée de l’équipe qui prépare la compétition pour l’instant par ce que j’ai quitté le centre il y a déjà 8 mois et en plus, il y a beaucoup de joueuses qui évoluent à l’étranger qui formeront le dernier groupe. Moi personnellement, j’ai une qualification pour le deuxième tour à aller chercher et après, on va voir ce qui va se passer.



17 vues