Mia Mottley prévient que les Caraïbes ne survivront pas à la crise climatique

  • Par Anne-Sophie Jacquet | mercredi 25 septembre 2019
37 vues

Crédit photo : Carlo Allegri / Reuters

Présente cette semaine à New York pour participer au Sommet des Nations Unies sur le climat, la Première ministre de la Barbade Mia Mottley a déclaré que même dans le cadre de l'objectif actuel de limitation de la hausse de la température mondiale, de nombreuses petites îles des Caraïbes ne survivront pas au changement climatique.

Selon le groupe intergouvernemental américain sur le changement climatique, les températures mondiales augmenteront de 1,5 degrés Celsius par rapport à leur niveau de référence préindustriel entre 2030 et 2052. Un constat qui, selon la Première ministre, est suffisant pour entraîner un désastre pour les pays comme la Barbade et d'autres des Caraïbes et du Pacifique.


Dans un discours prononcé sur les tribunes des Nations Unies, Mottley a déclaré qu'il était urgent de maintenir une augmentation de la température inférieure à 1,5 pour rester en vie, non seulement pour prospérer, mais aussi pour survivre. 


La femme politique qui a pris la parole au nom de l'Alliance des petits États insulaires, un groupe de 44 petites îles et pays en développement côtiers de basse altitude, a lancé un avertissement sévère aux dirigeants du monde sur l'effet domino déstabilisateur qu'elle pensera que cette hausse des températures aura sur le monde entier si des mesures supplémentaires ne sont pas prises pour hâter la crise.


Rappelons que le changement climatique appelé aussi dérèglement climatique, correspond à une modification durable des paramètres statistiques du  climat global de la terre ou de ses divers climats régionaux. Ces changements peuvent être dus à des processus intrinsèques à la terre, à des influences extérieures ou, plus récemment, aux activités humaines.



37 vues