© %author%

Bayyinah Bello : gardienne de l’histoire authenthique d’Haïti

Bayyinah Bello, une femme, une mère,  une enseignante, une historienne, que de titres pourrait-on attribuer à cette icône de chez nous ! Née le 25 mars 1948 à Port-au-Prince, mère de 4 enfants, de 8 petits enfants et d’une arrière petite fille. Passion, amour et philanthropie sont quelques mots pour la décrire parmi tant.
Depuis sa tendre enfance Bayyinah a cette passion inouïe pour l’histoire. Si d’un côté, elle défend du bec et des ongles la vérité historique de sa terre natale, de l’autre, elle a un amour particulier pour l’Afrique de nos ancêtres.

Elle a fait ses études primaires en Haïti, une partie de ses études secondaires au Libéria lorsqu’elle est partie rejoindre sa mère qui vivait là-bas et l’autre partie en France. Et pour finir, ses études universitaires aux États-Unis d’Amérique. 

Elle est par la suite retournée en Afrique, précisément au Nigéria où elle obtient une maitrise en linguistique puis une autre en éducation pour les classes de primaire. Toujours sur la balle, elle a reçu pas mal de certificats et de diplômes dans des domaines par-ci et par-là.
Son aventure continue, tantôt aux États-Unis, en Afrique…toujours pour une noble cause  » l’enseignement « . Elle a fait l’expérience d’autres métiers, mais celui pour lequel elle s’est consacrée jusqu’à aujourd’hui, c’est l’Éducation, elle a donc enseigné du kindergarten à l’université.

De retour en Haïti en 1979, elle a enseigné le haoussa à l’université d’État, parallèlement elle a fondé une école bilingue primaire et secondaire la
Citadelle International School.
De retour au Togo elle a
enseigné l’anglais et l’arabe dans plusieurs institutions financières.

Dès sa tendre enfance, Bayyinah s’est rendue compte que l’histoire d’Haïti ne reflétait pas tout à fait la vérité, ainsi est né son besoin de recherche sur la vérité historique de son pays. Elle a été très réticente sur ce qu’on lui apprenait de l’histoire. D’autant plus que ses expériences à l’extérieur selon ses dires l’ont persuadées qu’elle n’avait pas tort, elle avait donc compris qu’il fallait établir la réalité historique.

Après avoir pratiquement voyagé pour apprendre et aussi transmettre ses découvertes en histoire, Bayyinah a mis sur pied en 1999 une institution qui a pour principale mission : « la recherche ». Il s’agit de la Fondation Marie Claire Heureuse Félicité Bonheur Dessalines, ou pour faire bref : FONDASYON FELICITE (FF). Une fondation qui met en valeur la culture haïtienne, qui honore nos héros de l’indépendance, en particulier l’empereur Jean Jacques Dessalines et qui enseigne à la jeunesse les vraies valeurs du pays.

Son dévouement pour Dessalines est née quand elle a réalisé  » la profondeur de ses accomplissements, la façon dont il a conçu la liberté des peuples noirs sur la planète. Cela tient de l’extraordinaire selon ses mots.

Bayyinah Bello est cette haïtienne qui a tant donné à son pays, qui s’est investie dans les grandes causes humanitaires. Sa vie est mue par la gratitude et l’engagement.

Laisser un commentaire

Catégories