© %author%

Cannes 2021 : La réalisatrice Julia Ducournau part avec la Palme d’or

La 74e édition du festival de Cannes qui s’est déroulée sur une période de 11 jours a récompensé plusieurs personnalités du cinéma dans la nuit du 17 juillet. Le plus grand prix, la Palme d’or, a été décroché par la scénariste Julia Ducournau, pour son film « Titane », faisant d’elle la deuxième femme de toute l’histoire du festival à recevoir ce prix. La première est l’australienne Jane Campion pour son film  » La leçon de piano », 28 ans de cela.

C’est avec une forte émotion que la cinéaste de 37 ans a reçu cette récompense. Dans son allocution, elle a souligné que son film n’est pas parfait contrairement à ce qu’elle croyait, étant enfant. Elle a clôturé son speech en remerciant les membres du jury qui ont appelé à plus de diversité au cinéma et la vie quotidienne, sans oublier son équipe et ses acteurs qui se sont donnés corps et âmes.

« Quand j’étais petite, c’était un rituel chez nous de regarder la cérémonie de clôture à la télé. À cette époque j’étais sûre que tous les films primés devaient être parfaits parce qu’ils avaient l’honneur d’être sur cette scène. Et ce soir, je suis sur cette scène et je sais que mon film n’est pas parfait. Mais je pense qu’aucun film n’est parfait aux yeux de celui ou celle qui l’a fait de toute façon », a-t’elle déclaré.

Néanmoins celle qui a son deuxième long-métrage n’est en rien dérangé du qualificatif de monstreux ou bizarre qu’on octroie souvent à Titane, bien au contraire. C’est une réponse contre le système normatif qui divise la société. « On dit même du mien qu’il est monstrueux… Je me rends compte que la perfection n’est pas une chimère mais une impasse. La monstruosité qui fait peur à certain et qui traverse mon travail, c’est une arme, c’est une force pour faire repousser les murs de la normativité qui nous enferment et qui nous séparent », a t-elle poursuivi.

Interdit au moins de 16 ans, le film raconte l’histoire « d’un père qui retrouve son fils disparu depuis 10 ans, après une série de crimes inexpliqués.Titane : Métal hautement résistant à la chaleur et à la corrosion, donnant des alliages très durs ». Projeté en salles le 14 juillet, Titane a créé un véritable malaise à sa sortie et est qualifié de film  » choc, violent et féministe ». Après sa sortie « Des pompiers sont entrés dans la salle, c’est pour vous dire à quel point c’était fort ! » Entre ovations et malaises.Titane de Julia Ducournau a définitivement été le choc de Cannes 2021″, avait témoigné un spectateur sur Allociné.

La chanteuse Mylène Farmer l’une des membres du jury se dit « très heureuse que Titane ait été couronné car les films de genre sont trop souvent mésestimés ».

Si le film a reçu pas mal d’avis positifs, le journal « Paris match » quant à lui a pris le sens inverse. « On a trop dit à Julia Ducournau qu’elle avait du talent, indéniable au demeurant. Depuis, elle le croit. Titane, fumisterie choque bourgeois, tourne à vide, photocopie outrée de Cronenberg. Un film à la tête enflée et assez vain. Fast and pretentious », selon les mots du journaliste cinéma Fabrice Leclerc.

À ces propos Julia la réalisatrice a répondu dans une conférence de presse,  » qu’il est naturel que le film divise.Si on faisait du cinéma pour statuer sur les choses et que tout le monde soit d’accord, le cinéma serait un art mort ».

Laisser un commentaire

Catégories