© %author%

Fanm Eklere a inauguré son salon et c’était une réussite !

Ce 12 mars au local de Bèl asyèt resto and grill des femmes de tous les horizons et de conditions différentes ont participé à la toute première édition du Salon de Fanm Eklere, la plateforme mise sur pied il y a moins d’un an par Cottecheese Pierre.  » C’est dans le cadre du 8 mars que ce rendez-vous qu’on souhaite annuel est initié » explique la Miss Vidéomax 2006.
L’idée selon elle c’est de proposer aux femmes une sorte de safe space ( mais pas interdit aux hommes ) où elles peuvent se parler.  » C’est en gros une façon de décronstuire certaines idées. On a longtemps fait croire aux femmes qu’elles sont incapables de s’entendre, qu’elles sont inférieures. Yo di fi pa konn kolabore ak fi ».
La thématique de l’autonomie est choisie pour l’édition inaugurale c’est dans cet esprit de saper tant d’autres préjugés soutenus par le patriarcat et qui écrasent les femmes.  » Au sein de Fanm Eklere on part en guerre contre la dépendance. On nous a éduquées femmes pendant longtemps à avoir un mari lequel aura droit de vie et de mort sur nous puisqu’on est dépendantes d’eux. Le but de cette thématique c’était de souligner l’importance de la liberté financière. Une femme autonome ne restera pas à cause  » des malgrés » dans le couple » précise la féministe.

La journée s’est déroulée avec des présentations de personnalités comme Irma Mars, Mayerline Antoine, Tamara Lima, Youseline Vital, Ketsia J. Charles.
Il y avait plein de produits à se procurer. La culture et le divertissement n’étaient pas en reste non plus. Les dames se sont diverties aussi.
Des personnalités comme Lunie Joseph ont répondu à l’appel de Fanm Eklere. Pour Cottecheese cette édition 1.0 est un franc succès puisqu’elle a attiré un grand effectif en dépit du climat délétère qui prévaut.  » On s’est gardé de promotion ouverte pour éviter des dégâts et protéger nos dames » a-t-elle avoué.

Les points à parfaire ne dépendent pas forcément de Fanm Eklere selon elle. L’insécurité qui a découragé certaines personnes c’est de la responsabilité de l’État. Les hommes qui doivent s’éduquer à la cause de femmes est un tout autre chantier à explorer dans les plus prochaines éditions. Et cela tient plus de la conviction des messieurs que d’une injonction des femmes.

Fanm Eklere doit le succès de la toute première édition de son salon à sa responsable locale Cassandre Ruthjeen Pierre, à l’écrivaine Darline Honoré qui a fait office de MC, à la responsable du local de Bèl asyèt bar resto and grill qui a confié l’espace gratuitement, à toutes les femmes qui ont pris part à qui Cottecheese décerne le laurier de la bravoure. Elle les appelle « Héroïnes ».

Laisser un commentaire

Catégories