© %author%

L’immigration, la dernière trouvaille de Lady R

Plus fonceuse que Ruth Michel Dupoux, il n’y en pas beaucoup sur le marché dans le contexte Haïtien. C’est une femme qui sait relever les grands défis grâce à son flair à dénicher le bon moment et la bonne initiative à lancer.

On sait qu’elle a lancé sa marque de vêtements, Fritay factory, une gamme d’épices fines et organiques. Depuis mars 2021, la belle ajoute l’immigration à son holding LRC & co.  » Aux États-Unis, la passion ne paie pas les factures. C’est ce qui fonctionne qui assure le quotidien » explique la bonne vivante.

La belle qui a décidé de s’établir aux States récemment du fait du délabrement de notre pays a appris avant tout ça qu’il ne faut pas se limiter aux bruits de couloirs quand il s’agit d’immigration.  » J’ai demandé à des experts comment s’y prendre » dit-elle.

C’est ainsi qu’elle a appris qu’on peut se doter de la sécurité sociale, ouvrir son business chez Tonton Sam bien avant d’y vivre. Il a donc été facile pour la battante qu’elle est de s’installer. Mais pour monter son affaire elle a cru devoir étudier pour étoffer sa légitimité. C’est ainsi prend des cours pour devenir acocate. Elle a acheté le paquet pour développer le service.

C’est la réalité des migrants Haïtiens de Miami qui lui a inspiré ce business assez porteur qui vient de s’ajouter dans son holding.  » Les gens ont de longues années ici mais sont encore à se plaindre de la lenteur et des difficultés de renouveler leur passeport » explique-t-elle.

Pas moins de 600 clients ont été servis par sa firme depuis son lancement en mars dernier. Maintenant Ruth peut se targuer de pouvoir aider des gens à obternir leur TPS, leur carte verte, leur licence de chauffeur…

Mais tout n’est pas rose pour la businesswoman. Ce sont particulièrement des tics de comportement qui parfois fragilisent son travail.

 » La personne vient chercher le passeport sans le reçu de paiement et s’étonne que tu ne veuilles pas le livrer sans ce document ou elle t’appelle le week-end ou avant 8h. Les gens ne lisent pas les termes et conditions avant de signer » raconte Lady R.

L’ambition de la bosslady c’est d’agrandir son champs, c’est de s’assurer que l’éducation de la grande communauté Haïtienne aux États-Unis soit faite afin qu’elle puisse mieux s’intégrer.

A toutes celles et tous ceux qui pourront lire ce papier elle en appelle à se joindre à ce konbit de partager les vrais renseignements pour permettre à tout un chacun d’être mieux informé et d’agir comme il faut.  » Nou kite lakay pou pa bon, intégrons-nous bien chez les gens en attendant de pouvoir à la maison qu’on espère un jour redeviendra un havre de paix pour tous ses enfants indistinctement », confie-t-elle.

Laisser un commentaire

Catégories