© %author%

Myrlène Borgella, une entrepreneure dynamique dans le Nord

Le Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays, regorge de femmes entreprenantes, déterminées et courageuses. Dofen News a rencontré Myrlène Borgella, coordinatrice et membre de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti(CCFEH) dans le Nord, CEO d’une entreprise de fabrication de chocolat nommée « Chococlic » elle a présenté son parcours et ses ambitions.

Myrlène Borgella est une Capoise, mère de famille, elle possède une entreprise de fabrication de chocolat. Elle est diplômée en technique de management public à l’École Nationale d’Administration Publique (ENAP). Elle a travaillé pendant longtemps au Ministère du Tourisme, elle est membre de la CCFEH et la coordinatrice de la cellule du Nord.

Son intégration à la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti a commencé par une rencontre fortuite avec Mme Daniella Jacques, fondatrice de la CCFEH.

« Une amie à moi me la présentée, elle a à son tour, profité de l’occasion pour me parler de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti convaincue, que j’ai ensuite intégré », a-t-elle déclaré.

Avant la création de son entreprise de fabrication de Chocolat, Myrlène a effectué tout type de commerce, vente de produits cosmétiques, de provisions alimentaires, etc. Lors de ses voyages en vacance à Port-au-Prince, aux États-Unis ou en République Dominicaine, elle profitait toujours de ces occasions pour acheter des trucs pour les revendre au Cap-Haïtien. Ses clients sont entre autres du Cap, de Port-au-Prince et des Etats-Unis.

D’après la businesswoman, dans le Nord et le Nord-est y compris, la CCFEH compte environ 100 membres. Elle existe depuis 6 mois et il y a  une réunion tous les jeudi.

« Au départ, nous étions 3 femmes du nord à être membres de la Chambre, on se rendait dans la capitale à chaque réunion. J’ai donc insisté pour que la fondatrice inaugure une succursale dans le Nord. Ainsi, a pris naissance la CCFEH du Cap »

Selon Mme Borgella, elles avaient remarqué une certaine faiblesse chez les femmes entrepreneures du Cap, qui avaient besoin de formation théorique pouvant renforcer la pratique qu’elles ont déjà. Ainsi, elles seront en mesure de progresser correctement dans ce qu’elles entreprennent en ayant des notions de bases en entreprenariat.

La coordinatrice de la CCFEH du grand nord-est une entrepreneure non seulement dynamique, mais connaît bien la réalité du milieu dans lequel elle évolue. Ce que font les femmes et les hommes entrepreneurs, elle en sait beaucoup. « Dans le secteur de fabrication du Chocolat dans le Nord, la parité n’est pas respectée. On voit plus d’hommes que de femmes à faire cette activité », a-t-elle indiqué.

Elle a également soulevé que les femmes ont un grand besoin de formation afin qu’elles puissent se canaliser vers la production. « Il n’est pas normal qu’elles se dirigent uniquement vers la vente de produits cosmétiques ou de produits usagés, » a-t-elle lancé.

En plus d’être persévérante, Myrlène est une visionnaire.

Pour le long terme, son rêve le plus fou est de voir que d’ici le mois de décembre 2022 son usine de fabrication de Chocolat soit mis sur pied et opérationnel avec un effectif de 20 employés. Pour le moyen terme, elle travaille à ce que ses produits soient mis en vente dans les supermarchés aux USA. 

En tant que membre de la CCFEH et coordonnatrice du Grand Nord, elle ambitionne que l’entité soit au top des affaires. Que les femmes membres soient aptes non seulement en recevant une formation adéquate, mais encore arrivent a monter leurs propres entreprises en mettant en pratique les démarches pour enregistrer le nom commercial. Et pour que les détentrices du petit commerce soient à même de dresser un journal de vente et d’achat par exemple.

Originale et prévoyante, étant l’une des leaders des femmes entrepreneures de la Cité Christophienne, elle conseille vivement aux femmes du Cap de se lancer dans la production. Pour elle, il est inconcevable que la fabrication des couvertures qu’elle utilise ne proviennent pas de l’usine des femmes du Nord.

Pour finir, elle a laissé un conseil salutaire à l’endroit de tous ceux et celles qui lisent ce message, en particulier les femmes. « Les femmes sont capables de tout faire si elles ont de la bonne volonté. Aller à la rencontre de ce que vous aimez le plus et faites-en votre activité ».

Laisser un commentaire

Catégories