© %author%

ONU FEMMES condamne les assassinats perpétrés le 30 juin en Haïti

Port au Prince, le 3 juillet 2021.

Communiqué : ONU FEMMES condamne les assassinats des citoyennes et citoyens haïtiens le 30 juin 2021 et rend un vibrant hommage à l’une des victimes, Marie Antoinette Duclaire, Jeune leader féministe engagée pour son combat courageux pour les droits des femmes, la paix en Haiti et la participation significative des jeunes et des femmes en politique.

C’est avec une immense consternation qu’Onu Femmes a appris l’assassinat d’au moins 15 personnes dont Marie Antoinette Duclaire, journaliste et féministe engagée et Diego Charles, journaliste d’investigation dans la nuit du 29 au 30 juin 2021 dans la capitale haïtienne.

ONUFEMMES condamne fermement ces attaques criminelles perpétrées à l’encontre de ces citoyens et citoyennes et présente ses plus profondes condoléances aux familles et proches de toutes les victimes de ces violences crapuleuses et ainsi qu’au peuple haïtien.

Nous adressons nos sympathies à toutes les femmes, membres de la Solidarité des Femmes Journalistes d’Haïti (SOFEJH) pour la disparition brutale de leur consœur Marie Antoinette Duclaire qui se battait pour l’émergence des femmes journalistes et le respect des droits des femmes.

En cette triste occasion, nous exprimons notre compassion à toutes les organisations féministes et féminines durement touchées par la perte immense de Marie Antoinette Duclaire assassinée à 33 ans d’âge.

Nous joignons nos voix à celles de toutes les femmes et filles du monde entier pour rendre un vibrant hommage à Marie Antoinette Duclaire pour le combat sans relâche conduit pour le respect des droits des femmes, pour la paix en Haïti et pour l’implication accrue des femmes et jeunes en politique. Nous saluons l’immense courage et le départ de Marie- Antoinette Duclaire qui a poursuivi son combat jusqu’à son dernier souffle malgré les violentes attaques contre sa demeure, criblée de balles le 23 février 2021.

Nous exhortons l’Etat Haïtien à prendre toutes les dispositions célères qui s’imposent afin de mettre fin à l’insécurité et à l’impunité contre tous les crimes ; signalons que multiples d’entre eux sont commis contre les femmes et les journalistes. En cette période charnière et sensible, ONUFEMMES appelle l’Etat haïtien à prendre toutes les mesures pour renforcer la prévention et la sanction des violences faites aux femmes activistes et aux femmes en politique./.

Pour plus d’informations prière contacter : ONUFEMMES Haiti
Mme Marie Felicienne Trevant, marie.trevant@unwomen.org

Laisser un commentaire

Catégories