© %author%

Quand Westerline Charles la politologue, se bat corps et âme pour l’intégration des femmes dans la politique

Westerline Charles est née à la Grand’Anse précisément à Moron où elle a effectué  
ses études primaires et secondaires. Elle a obtenu une licence en gestion à l’Université GOC à Port-au-Prince. Elle a par la suite eu un diplôme professionnel en journalisme à Ku Production. À l’Institut National d’Administration, de Gestion et des Hautes Études Internationales ( INAGHEI ), elle a étudié les sciences politiques, parrallèlement elle étudiait le droit à l’École de Droit et des Sciences Économiques des Gonaïves. Elle a par la suite, obtenu un master en MBA à l’Université Notre Dame d’Haïti.

Westerline Charles croit fermement en ses potentialités. La jeunesse, la créativité, la réussite professionnelle, la solidarité sont pour elle des gages de réussite.

Elle a travaillé pour beaucoup d’entité, dans le domaine de la micro finance, elle a travaillé pour des ONG locales et internationales, elle a travaillé au Conseil Electoral Provisoire
(CEP) en tant que grande formatrice. Elle dirige un média en ligne Vwa Fanm Ayisyèn (VFA) et aussi le groupe de
Réflexion et d’Initiative pour l’Avancement de la Grand’Anse.

Elle a bénéficié d’une formation à l’Académie de Leadership Politique Féminin (ALPF) en 2020. Actuellement, elle est une formatrice accréditée par l’ONU FEMMES pour ALPF.

Si aujourd’hui elle fait de la politique, ce n’est pas le fruit d’un hasard. Elle a grandi dans un environnement très politisé. C’est d’ailleurs, ce qui l’a le plus motivée vers des études en Sciences Po. À Port-au-Prince et à Jérémie elle avait l’habitude de fréquenter les milieux politiques. Ce qui fait d’elle une passionnée. Quoique les lieux qu’elle fréquentait étaient dominés par les hommes, chef de parti politique… cela ne l’a point effrayé.

En quelque sortes, elle a eu plus de modèles d’hommes que de femmes, vu que ces dernières ne s’étaient pas vraiment présentées aux élections à l’époque et c’est ce qu’elle veut changer justement.

Dans le département de la Grand’Anse, il n’y avait eu que deux femmes élues, l’une au Sénat et l’autre à la députation. Après ses études, ses proches et la population de Moron, ont applaudi à cœur joie son choix, car pour eux elle représente un modèle pour les jeunes, surtout pour les jeunes filles. Ils trouvent que grâce à son leadership, les femmes pourront s’orienter de plus en plus vers la politique, qui de coutume est réservée à la gent masculine.

Elle estime toutefois, que les femmes font face à de nombreuses difficultés qu’elles soient d’ordre économiques, sociales ou culturelles. Elle reproche à l’État haïtien son manque d’encadrement aux femmes, surtout pour l’accompagnement aux élections.

Lors de sa candidature à la députation de Moron en 2015, qu’elle n’a pas remporté malheureusement, elle explique que ce fut un exploit, une seule femme candidate parmi une pléthore de candidats. Les gens de la communauté l’ont appréciée, l’ont félicitée et l’ont encouragée. Sa candidature a fait parler d’elle, les grands comme les petits ont été stupéfaits de voir une femme, qui pis est, jeune, candidate aux élections. Ce fut l’exploit du siècle.

Westerline Charles n’a donc pas froid aux yeux, elle milite beaucoup pour que les femmes prennent place aux seins des postes décisifs du pays. En tant que militante activiste, elle participe à la plupart des réunions politiques, ce, pour une sortie de crise aux différents problèmes auxquels fait face le pays. Elle est signataire de plusieurs accords politiques. De manière générale elle travaille au Bien-être de la population.

La politologue est d’une fougue extraordinaire, on sent dans sa voix la poigne d’une femme leader, déterminée et perspicace. À l’entendre parler on sent qu’elle ne craint point l’adversité. Elle est plutôt reconnaissante envers ceux qui l’ont aidée, en l’occurence ses mentors qui ont cru en ses potentialités.

Une politologue certes, elle aide aussi sa communauté en offrant des bourses d’études aux jeunes nécessiteux. Elle les encadre beaucoup, les conseille et les encourage aux études. Depuis 2011 qu’elle milite sur le terrain, elle a fini par gagner la confiance et l’estime de la population. Elle a toujours été là pour eux.

Malgré toute sa détermination, elle a fait face et fait encore face à de multiples contraintes, économiques en premier lieu, social aussi.

Westerline se dit vraiment satisfaite et émue d’avoir retenu l’attention du Jury de Femme Dofen Awards, qui selon elle, fait un travail louable. « La société dans laquelle on vit ne reconnait pas facilement les bienfaits d’une personne », se lamente-t-elle. « Mes multiples combats, surtout celui pour que les femmes trouvent une place au sein de la gestion du pays ne sont pas vains », conclut-elle.

Laisser un commentaire

Catégories