© %author%

Selon la ministre de la Famille, Karina Gould, les Américaines pourront bénéficier des services d’interruption volontaire de grossesse (IVG) au Canada

Dans une interview accordée au CBC News Network à l’émission « Power and politics » hier mardi, la ministre fédérale de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould a déclaré que les services de santé au Canada sont prêts à accompagner les Américaines qui voudraient se faire avorter.

« Si des femmes viennent ici et qu’elles en ont besoin, c’est certainement un service qui pourrait leur être offert. Je ne vois pas pourquoi nous ne le ferions pas », a expliqué la femme politique au cours de son entrevue.

Néanmoins cette déclaration sera effective dans la mesure que la Cour Suprême des États-Unis aurait décidé à supprimer l’arrêt Roe c. Wade. Une loi américaine pro-avortement.

Répondant aux questions de la journaliste Valérie Boisclair sur les enjeux de l’annulation de l’arrêt Roe c. Wade pour Radio Canada, la spécialiste du droit constitutionnel Daphne Gilbert a fait une mise au point. « Si la Cour suprême des États-Unis annule Roe c. Wade, les États pourront dès lors avoir le champ libre pour voter des lois dans le but de rendre l’avortement illégal », a répondu la professeure de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, si l’arrêt serait annulé.

Une vingtaine d’Etats et plus (surtout ceux à tendance républicaine) seraient disposés à interdire formellement l’avortement sur leur territoire.

« L’un des facteurs préoccupants, ici, c’est qu’il y a beaucoup de Canadiennes qui ne vivent pas près d’une grande ville au Canada, mais qui accèdent souvent à ces services aux États-Unis », s’inquiète la Ministre Gould.

Laisser un commentaire

Catégories