© %author%

Didi ou l’art d’être moniale d’Ananda Marga

L’équipe de Dofen News a rencontré ce lundi 14 juin 2021 à Bourdon, Didi Ananda Jiivaprena une moniale du mouvement Ananda Marga en Haïti. De nationalité espagnole, elle vit dans le pays depuis 23 ans. Dévouée à sa mission, outre d’enseigner le Yoga ou le bien-être, elle s’occupe aussi des enfants nécessiteux.

Didi Ananda Jiivaprena est une espagnole qui vit en Haïti depuis vingt-trois années, elle est une moniale dévouée à l’organisation Ananda Marga. Dès son jeune âge, elle a été attirée par la spiritualité, la connaissance profonde de l’univers et du service social. Sa mission consiste à enseigner le Yoga, la méditation, le bien-être et le végétarisme. Mais aussi, à faire le social particulièrement en aidant les enfants dans le besoin.

Toutes les journées ne sont pas les mêmes, mais se ressemblent pour Didi. Les trente-deux enfants dont elle s’occupe prennent la quasi-totalité de son temps. Ils ont entre deux à quatorze ans, filles et garçons tous sous sa protection. Elle les nourrit, les scolarise et leur paye des cours de musique.

« Je suis toujours présente pour eux malgré le personnel, parce qu’ils courent par-ci par-là et si je ne suis pas là ce n’est pas sûr qu’ils feront leur devoir à temps, etc. Ils m’appellent tous maman », raconte-elle.

« Ils me viennent d’un peu partout, des zones avoisinantes ou même de la frontière haitiano-dominicaine. Beaucoup d’entre eux ont été abandonnés par leurs parents se rendant en république voisine » a t-elle ajouté.

Concernant la place qu’occupe la femme elle nous fait savoir que comme dans beaucoup d’association les femmes sont présentes. Il n’y a pas de discrimination sur le genre. La femme jouit des mêmes droits que les hommes. Ainsi, les moniales ont leurs propres organisations, elles ne dépendent pas de celles dirigées par les hommes ».

L’Ananda Marga est un mouvement socio-spirituel, qui a été fondé par Prabhat Ranjan Sarkar, un yogi et philosophe en Inde  en 1955. C’est un service qui vise à transformer  la société de façon positive et assure également le développement personnel. Basé dans le monde entier, l’organisation prône la réalisation de soi et le service à l’humanité à  travers des centres de méditation non commerciaux et des projets humanitaires.

De son nom complet Ánanda Márga Pracáraka Saḿgha, Ananda Marga se traduit comme « l’organisation pour propager le chemin du bonheur ». Fondé sur une base philosophique le yoga Tantra qui a pour pratique spirituelle la méditation. L’enseignement de cette pratique a pour repère  «Ananda Sutram» un texte Sanscrit écrit en 1961.

Si le mouvement existe en Haïti depuis plus de trente ans, il n’y a pour le moment que deux moniales en fonction. L’une dont notre interlocutrice à Bourdon, l’autre une indienne, à Anse-à-pitre.

« En Haïti, il n’y a que deux moniales. Les femmes qui nous rejoignent se marient et enfantent. Personne jusqu’à présent n’a encore la vocation de devenir moniale » souligne t-elle.

Didi suggère donc : »aux jeunes filles  désireuses d’intégrer le mouvement de bien réfléchir, car il s’agit de don de soi et de dévotion ».

Laisser un commentaire

Catégories