© %author%

Emmanuella Douyon dénonce les malversations politiques du pouvoir en place devant le congrès américain

Ce vendredi 12 Mars 2021, Emmanuella Douyon a participé par visioconférence à une séance du congrès américain. Devant le comité des affaires étrangères de la chambre des représentants des États-Unis, l’économiste et militante a dénoncé toutes les malversations politiques du pouvoir en place. Par la même occasion, elle a prodigué des recommandations au gouvernement Joe Biden et proposé également une charte pour la réalisation d’élections crédibles ici en Haïti.

Au début, la figure emblématique du collectif « Nou pap dòmi », a présenté un récapitulatif sur la crise socio-politique actuelle. Elle a expliqué que depuis l’année 2018, plusieurs mobilisations ont eu lieu dans le pays. La société civile et d’autres organisations n’ont cessé de réclamer le rapport des fonds PetroCaribe. Un financement de milliards de dollars destinés à des projets de développement mais qui ont été détournés.

Plus loin, Emmanuella Douyon s’en est vivement pris à l’administration de Jovenel Moïse. Elle affirme que « depuis son entrée en fonction, le président Moïse a changé unilatéralement les responsables des institutions impliquées dans la lutte contre la corruption: L’unité de lutte contre la corruption ( ULCC) et l’unité centrale de renseignements financiers ( UCREF). En retour, ils dirigent les affaires contre leurs opposants tout en ignorant les audits sur l’utilisation des fonds PetroCaribe ».

L’activiste féministe a aussi dénoncé les décisions arbitraires du gouvernement Jovenel Moïse. « Les récentes attaques contre le système judiciaire ont pris la forme de révocation et de remplacement de trois juges de la cour suprême en Février 2021, et l’emprisonnement de l’un d’entre eux, que les organisations des droits humains et les avocats ont tous jugés illégaux et violés aux normes internationales des droits humains », a précisé Emmanuella Douyon.

Laisser un commentaire

Catégories