© %author%

Forum des femmes haitiennes pour la paix: la POFHAD a assuré

C’est à l’hôtel Montana à Petionville les 21 et 22 décembre 2020 qu’ont eu lieu les deux journées de réflexions autour des violences faites aux femmes, à travers un forum orchestré par la Plateforme des Organisations de Femmes Haïtiennes pour le Développement (POFHAD). Pour avoir une énième fois tenté de toucher les obstacles rencontrés par les femmes rien que pour leur genre et avoir pu y réfléchir, la Directrice Exécutive de la POFHAD Madame Eunide Innocent, ancienne Ministre à la Condition Féminine se dit satisfaite.

« Mobilisation des femmes haitiennes dans un processus de paix pour une société sans violence » voilà le thème qui a servi de guide aux organisateurs pour les deux jours qu’a duré le forum. A une époque où les femmes sont de plus en plus victimes, il devient crucial, à chaque fois qu’il est possible, d’entamer de véritables discussions autour de la question.

Interpellée par cette situation, la POFHAD qui lutte pour le respect des droits des femmes et une société sans violences, a invité les organisations de femmes dans 2 journées de réflexion en vue d’d’élaborer un ensemble de résolutions et les présenter comme pistes de solutions aux acteurs étatiques. Ce fut l’occasion pour faire la sensibilisation des mesures qui doivent être prises ppur freiner ces dérives, mais aussi d’évoquer les outils de base en vue de lutter contre les violences.

Les participantes étaient non seulement des organisations de femmes mais aussi les points focaux genres de la PNH (aire métropolitaine), les organisations de droits humains, l’Association des Femmes Juges, le Réseau National des Magistrats Haïtiens (RENAMAH), des associations de jeunes, des structures étatiques (MCFDF, MJSP, MSPP) de cadres de l’administration publique.

Madame Innocent puise sa satisfaction de celle de ceux et celles ayant pris part au forum. « Le Forum a été d’une grande réussite. Ma satisfaction résulte du témoignage des participant.e.s qui ont conclu « Une telle activité était plus que nécessaire ». Il était temps que les principales victimes qui sont les femmes fassent entendre leur voix et mettent les acteurs face à leur responsabilité. De plus, ceux et celles qui interviennent dans la prise en charge des femmes victimes se disent mieux outillé.e.s pour faire leur travail.

Les résolutions assorties des différents ateliers sont en route vers le Chef du Gouvernement, le Président, les différents Ministères et les Ambassades. Nous irons bientôt dans les provinces et nous recherchons des allié.e.s pour l’application de ces résolutions.

A noter que l’activité a été financée par L’OIF/ Bureau de l’Amérique Latine et Caraïbes, le Gouvernement du Canada et en Partenariat avec ONUFemmes/ Haiti.

Laisser un commentaire

Catégories