© %author%

La nuit d’Emeline: un hommage bien mérité à la diva incontestée d’Haïti, Emeline Michel

Ce vendredi 18 décembre 2020, à l’hôtel Karibe, Marabou productions et Zagalo Productions ont tout mis en branle pour offrir à Emeline Michel un hommage digne de ce nom. Devant un public assoifé de la présence d’Emeline sur scène, des femmes artistes ont communiqué à l’assistance leur amour et passion pour la musique, mais aussi leur reconnaissance envers celle qui leur a ouvert la voie vers cet art dans lequel elles excellent.

Tout une nuit à chanter et à danser Emeline, des élans de zelle qui n’égalent pourtant pas les exploits de la chanteuse durant ses 33 ans de carrière.

Il est 9h PM et quelques minutes ; les fines gouttes de pluie qui commencent à s’abattre sur l’assistance ne semblent rien enlever à leur désir de voir commencer le spectacle.

Plus d’un guette la scène, à l’affût du moindre mouvement pouvant étancher sa soif, mais aussi mettre fin à cette longue attente. Tout paraît cependant prêt ; instruments rangés prêts à être apprivoisés, jeux de lumière réglés, micro au beau fixe, le décor est planté. Il ne manque que les artistes pour leurs performances respectives.

Quelque part, on entend le chuintement des lèvres, le tintement de quelques verres, une note peu sûre pianotée sur un keabord, et le hourra de quelqu’un du public quand enfin apparait sur la scène la maîtresse de cérémonie.

Cette dernière, en guise d’entrée en matière n’a pas mâché ses mots pour tarir d’éloges la diva qu’est Emeline Michel, avant d’inviter Darline Desca, l’une des initiatrices du projet, à gravir le podium.

« Je ne crois pas que ceux qui ont bossé durement, doivent se lever un jour et s’honorer eux-mêmes » déclare Darline Desca qui avoue que cette idée de rendre hommage à Emeline ne date pas d’hier. Aidée de Zagalo, c’est un rêve qu’elle a pu enfin concrétiser ce soir au Karibe.

Une panoplie d’artistes féminines ont épluché le répertoire musical d’Emeline Michel pour en interpréter les titres phares. Nous parlons là de Shoomy, d’Ericka Julie Jean-Louis, de
Slouze, de Bijou, de Tamara Sufren, d’Anie Alerte, de Tifane, de Misty Jean, de Nadia Faubert et bien sûr de Darline Desca.

Elles ont respectivement caressé le tympan du public avec la douce mélodie de « Pran men m », « Amandine », « Djanni », « Fò m ale », « Moso manman », mis le feu avec les rythmes antraînants de « Pa gen manti nan sa », « Magali », « AKIKO », « Gade papi » et « Lanmou se flanm ».

Les fans d’Emeline ont à chaque fois repris en choeur avec les artistes, les refrains des musiques interprétées.

Alors que dame pluie a obligé certains à partir avant la fin du spectacle, d’autres sont restés jusqu’au bout, jusqu’à voir celle pour qui ils se sont principalement déplacés : Emeline Michel.

Trois chansons seulement ont suffi pour concquérir le public. Emeline, amoureuse de sa terre et passionnée de la musique s’est montrée sous l’un de ses meilleurs jours. C’est avec cette même vitalité, cette fougue, cet amour pour le micro, qu’elle s’est donnée à cœur joie pour faire revivre à la foule qui avait fait le déplacement les meilleurs moments de sa carrière, en chanson.

La diva n’a rien perdu de l’exactitude de sa voix. Autant que les notes graves, les aigües prennent aussi tout leur sens dans les crescendo, vibrato et decreshendo de la chanteuse.

Avec « Beni yo » , « Mèsi lavi » et « Ban m lajwa », les amoureux d’Emeline ont été gâtés.

Chapeau à ces dames qui ont permis à un beau public de revivre, pendant quelques instants, le temps d’Emeline. Une plaque d’honneur a été offerte à la chanteuse, décernée par Darline Desca et le Ministre de la culture et de la communication M. Pradel Henriquez.

33 ans de carrière ; une nuit. Un hommage bien mérité à Emeline Michel.

Laisser un commentaire

Catégories