© %author%

L’ODSCDHA, une organisation œuvrant dans le social, à la fois en Haïti et en République Dominicaine

De plus en plus de femmes, de jeunes femmes haïtiennes prennent des initiatives, soit dans le domaine de l’entreprenariat, soit dans le domaine des organisations à but non-lucratif. Considérant cette dernière, l’Organisation pour le Développement Socio Culturel Dominico-Haïtien (ODSCDHA) a pris naissance en République Dominicaine. Micheline Jean et Eurika Jean respectivement coordonnatrice générale et responsable des relations publiques, nous ont présenté cette institution.

Micheline Jean et Eurika Jean ont certainement le même nom de famille, mais n’ont aucun lien de parenté. Par contre, elles partagent les mêmes ambitions, celles de venir en aide aux nécessiteux.

L’ODSCDHA a pris naissance en République voisine en 2005 suite à la catastrophe qui avait particulièrement frappé les villages de Fonds Verettes et de Mapou en 2004, par l’initiative de Micheline Jean qui à l’époque vivait et étudiait à côté. Elle travaillait dans une station de radio baptisée Radio Dos de Teleradio América.

Cette organisation travaille depuis 16 ans sur le terrain, et a intervenu dans différents domaines, la responsable des relations publiques a déclaré :  » L’ODSCDHA a apporté de l’aide aux victimes suite au passage du cyclone Mathieu, on intervient aussi dans le développement, on organise des activités culturelles pour l’épanouissement des jeunes et des enfants, nous travaillons avec les femmes, nous organisons des foires gastronomiques et on a également participé dans des foires binationales ».

L’ODSCDHA fait des actions socio-communautaires dans les Bateys, selon la coordinatrice générale de cette plateforme, elle organise des formations à l’intention de nos frères et sœurs là-bas. Avec l’aide bien-entendu d’autres entités œuvrant dans le social.

« L’ODSCDHA plaide aussi en faveur des enfants des Haïtiens nés en République voisine, surtout pour les services tels que la Santé, l’Éducation et intervient dans le cadre de la protection de l’environnement, » a t-elle précisé.

L’organisation reçoit des doléances dans un registre dans ses locaux au numéro 33, 2e Avenue du Travail, de toutes les haïtiennes et les haïtiens ayant subi des violences en RD.

La coordinatrice a profité de lancer un appel à l’aide aux organismes étatiques afin de leur apporter plus d’aide, puisque la tâche n’est pas du tout aisée et les besoins sont énormes. Elle fait appel aux organismes des droits humains notamment.

Les deux grands champs d’interventions de l’ODSCDHA sont Haïti et la République Dominicaine. Eurika a laissé entendre que l’État est le garant du bien-être de la population, elle lance ainsi, un appel à l’aide pour que les institutions publiques et privées tendent la main à l’ODSCDHA pour faire avancer les choses, car, sans beaucoup plus de financement elle n’arrivera pas à atteindre tous les objectifs.

D’après Micheline, c’est à la base qu’il faut creuser, une fois que les problèmes de bases seront résolus, il y aura moins de soucis. Son plus grand souhait, c’est de voir que les difficultés rencontrées par les haïtiens qui migrent chez nos voisins diminuent à moins de 20 %.

En guise de dernier mot, Eurika Jean renouvelle ses souhaits en tant que jeune femme militante, elle se dit prête à apporter son soutien, surtout aux femmes.

Quant à Micheline, son conseil a été très clair, elle exhorte à tous ses compatriotes désireux de se rendre en République Dominicaine de le faire légalement pour éviter les démêlés avec les autorités dominicaines.

Laisser un commentaire

Catégories