© %author%

Source photo : google search

Quelques aptitudes que doivent avoir les femmes entrepreneures des Antilles pour réussir en affaires

Devenir entrepreneure, démarrer une entreprise n’est pas chose facile. Ça l’est encore pire pour les femmes issues des Antilles ou les femmes en général. Elles font face à beaucoup d’obstacles. Entre le sexisme, la misogynie et les diverses catégories de discriminations ; elles en voient toujours de toutes les couleurs. Pour les aider à faire face à ce problème, le magazine GirlyKréyòl a dressé une liste de quatre (4) aptitudes à avoir pour réussir.

Le mentoral ou mentoring en anglais est la première capacité à être figurer en tête de liste. Ce procédé consiste à réunir une personne d’expérience ou qualifiée (le mentor) avec une personne qui souhaite progresser dans un domaine ou améliorer ses compétences (le mentoré). 

Le mentor donne un soutien au mentoré en lui transmettant ses connaissances et en lui donnant des conseils dans l’intention de l’aider à progresser dans sa profession, concrétiser un projet et évoluer professionnellement et développer ses compétences. 

La deuxième aptitude réside à avoir un réseau professionnel. Ce dernier joue un rôle crucial dans l’avancement de la carrière d’une personne. Il aide à multiplier les contacts, à développer les affaires et/ou de se faire connaître. Pour GirlyKréyòl, l’élément clé pour la réussite de son réseau, c’est avant tout de donner (sans se perdre) avant de recevoir.

La troisième aptitude, et pas des moindres, à adopter pour développer son business est le networking. Pas très différent de la précédente, le networking est, selon le vocable français, un concept qui désigne le fait de travailler en réseau, « de réseauter » ou de faire du « réseautage ». Le fait de rester au bureau derrière son ordinateur, sans sortir pour rencontrer d’autres professionnels, n’est pas une option. Selon des professionnels dans le domaine, le networking est un technique marketing encore trop ignorée pour communiquer et faire de la publicité. Le réseautage est souvent oublié dans les plans de communication des créatrices d’entreprises alors qu’il est indispensable et très efficace quand il est bien utilisé. 

En dernière position, on retrouve le pitch. Il consiste à parler, à présenter son institution ; c’est une présentation efficace et percutante d’un projet ou d’une entreprise pour convaincre en peu de temps. Pour les personnes qui ont souvent le trac quand elles parlent en public, le dernier point n’est pas très réjouissant. C’est la méthode a suivre pour bien vendre pour vendre son idée ou sa société. 

Quant au stress dû à la prise de parole, il existe des tas d’astuces pour le surmonter notamment la respiration car elle permet à vous et à votre corps de se relaxer. 

Comme vous pouvez vous en douter, ces conseils ne valent pas seulement aux antillaises mais plutôt à toutes les entrepreneures digne de ce nom qui veulent atteindre les principaux objectifs liés a la pratique de ce métier : devenir son propre chef, avoir le pouvoir de décision et bien sûr être indépendante financièrement.  

https://www.girlykreyol.fr/4-defis-pour-une-femme-entrepreneure%C2%A0aux-Antilles-Guyane_a1121.html

Laisser un commentaire

Catégories