Source photo : google search

Communiqué de presse de l’organisation Plan International

Dans le cadre de la Journée nationale de l’enfant en Haïti célébrée le deuxième dimanche du mois de juin soit le 14 juin de cette année, l’organisation Plan Haïti s’est penchée sur la situation des enfants dont les filles particulièrement en ces temps difficiles liés à la pandémie du coronavirus. Nous vous invitons à lire leur communiqué de presse.

Les filles sont les plus à risque alors que la pandémie COVID-19 menace de laisser une génération d’enfants haïtiens derrière

La pandémie pourrait faire reculer des décennies de progrès en matière de droits de l’enfant et d’égalité des sexes

(Port-au-Prince): Toute une génération d’enfants Haïtiens, en particulier les filles, risque d’être laissée pour compte à cause de la pandémie COVID-19 prévient, Plan International, organisation de développement indépendante et humanitaire.

Pendant que nous commémorons la Journée Nationale de l’Enfant Haïtien aujourd’hui, l’organisation exprime de sérieuses préoccupations quant à l’impact de la pandémie sur la vie des enfants : la pandémie COVID-19 pourrait faire reculer des décennies de progrès en matière de droits de l’enfant dans le pays et exposer des milliers de filles et de jeunes femmes à de grands risques de violence, d’abus et d’exploitation.

Plan International avertit qu’en plus de l’impact de la crise sur leur éducation, les filles – en particulier dans les communautés pauvres et marginalisées – sont confrontées à des risques accrus de malnutrition, d’exploitation, de traite et de grossesse précoce.

Dans un pays aux prises avec l’insécurité alimentaire, le changement climatique, les troubles sociaux et la récession économique, le virus amplifie les inégalités existantes (y compris les inégalités de richesse et de genre) et affecte l’environnement à long terme dans lequel les enfants haïtiens grandiront.

“De nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement pour contenir la propagation du virus et tenir la population informée, mais la capacité d’Haïti reste limitée à faire face aux conséquences de cette pandémie. La situation précaire du pays caractérisée notamment par la crise alimentaire aigüe affecte davantage la population. Les mesures préventives mise en place comme l’isolement social et la suspension des activités scolaires, intensifient les besoins existants et mettent à risque la protection et le bien-être des enfants.” déclare Eulalia Scutt, Directrice Pays.

En temps de crise, nous savons que les filles sont les plus durement touchées en raison des normes sociales néfastes et d’une double discrimination fondée sur l’âge et le sexe. En raison du virus, 743 millions de filles dans le monde ne sont plus scolarisées. Il est peu probable que bon nombre d’entre elles reviennent, en raison de difficultés telles que les grossesses précoces ou les mariages forcés, qui augmentent souvent en cas d’urgence.

Barbara, 22 ans, « Le jour où j’ai appris que le virus était à Haïti, je revenais de l’université », témoigne-t-elle. « Ma première réaction fut de me demander : « Que m’arrivera-t-il si ma grand-mère et ma tante sont infectées ? ».

«Le temps que nous vivons est extrêmement difficile et sensible. Nos besoins doivent être pris en compte, y compris ceux en lien avec notre santé sexuelle et reproductive et notre santé mentale. Les enfants requièrent une attention particulière. Il faut que quelqu’un leur enseigne ce qu’est la COVID-19 et l’impact qu’elle pourrait avoir sur leurs vies et celles de leurs familles ».

La pandémie expose les filles et les femmes à un risque accru de violence et de maltraitance, y compris chez elles, car le stress dû à l’épidémie exacerbe les inégalités entre les sexes.

Les personnes victimes ou à risque de violence peuvent avoir du mal à accéder aux services de protection appropriés, en raison des mesures d’isolement social et du réalignement ou du retrait des fonds et des ressources nécessaires, y compris ceux pour la santé sexuelle et reproductive , la santé mentale et le soutien psychosocial.

«La capacité à garantir la protection aux catégories de personnes les plus exposées dont les enfants et particulièrement les filles, reste un défi en ce temps de crise. Nous appelons donc les autorités à prendre en compte les aspects liés aux violences basées sur le genre (VBG) dans la réponse à COVID-19. En tant qu’organisation qui promeut les droits des enfants et l’égalité pour les filles, nous réaffirmons notre engagement à accompagner les institutions dans la sensibilisation pour la prévention des cas d’abus et pour leur renforcement dans la prise en charge des cas de violence basée sur le genre» déclare Eulalia Scutt, Directrice Pays.

Pendant que le virus continue de circuler et que les mesures d’isolement social restent en place, les interventions actuelles doivent être adaptées pour garantir que les filles et les jeunes femmes puissent accéder à des services essentiels.

Plan International appelle le gouvernement haïtien à :

  • travailler en collaboration étroite et ouverte avec les organisations de la société civile pour garantir le caractère inclusif et équitable des politiques, des orientations et des mesures nationales.
  • reconnaître que l’impact de la COVID-19 est différent pour les filles et les garçons, les femmes et les hommes et s’assurer que les politiques et les interventions visant à se préparer et à répondre à la pandémie sont équitables, favorisent l’égalité de genre et protègent les droits humains.
  • agir de toute urgence pour protéger les enfants et les jeunes pendant la pandémie, mais aussi considérer en quoi les décisions qu’ils prennent aujourd’hui respecteront au mieux les droits des enfants après la fin de la crise.
  • prendre des mesures en faveur de la continuité de l’apprentissage pendant la période de fermeture des écoles et veiller à ce que les besoins des adolescentes et leur réalité quotidienne soient pris en compte. Cela englobe un enseignement à distance accessible et inclusif capable d’atteindre les plus marginalisés et limitant les inégalités dans le système éducatif.
  • promouvoir et assurer l’engagement des communautés, y compris des dirigeants locaux, des familles et des aidants, et en particulier les filles et les femmes, à tous les stades de la réponse.

« La Journée Nationale de l’Enfant Haïtien est l’opportunité de rappeler que les droits des enfants doivent être protégés et respectés en toutes circonstances, et en particulier pendant les périodes d’urgence du fait des risques accrus auxquels ils sont exposés.» déclare Celia Hitzges, Directrice des Programmes

Plan International répond à COVID-19 dans plus de 50 pays. L’organisation lève 100 millions d’euros pour protéger certains des enfants les plus vulnérables du monde et leurs communautés contre les impacts de COVID-19. La réponse de l’organisation se concentre sur l’aide aux filles, qui sont touchées de manière disproportionnée par la crise.

Faites un don à l’appel COVID-19 de Plan International et découvrez notre réponse ici

Notes aux rédacteurs:
La Journée Nationale de l’Enfant a été instituée par l’Etat haïtien en 1960. Elle vise à promouvoir les droits des enfants haïtiens.
Preuve de l’impact de COVID-19 sur les filles

• RAPPORT: LA VIE SOUS LE CONFINEMENT – Les Filles et la COVID-19 https://plan-international.org/publications/living-under-lockdown

• RECHERCHE: Adolescentes en crise
https://plan-international.org/publications/adolescent-girls-crisis

• Une pandémie fantôme se déroule alors que la santé, les droits et les libertés des filles s’érodent
https://plan-international.org/news/2020-05-27-shadow-pandemic-unfolding-srhr

• Les fermetures d’écoles à cause de COVID-19 dans le monde frapperont plus durement les filles
https://plan-international.org/blog/2020/03/covid-19-school-closures-hit-girls-hardest

• RAPPORT: Souffrir de faim https://plan-international.org/publications/going-hungry

Pour demander un entretien ou pour plus d’informations, veuillez contacter:

Jean Reynald Dorzina Maxis
Assistant Communications
Email: jeanreynalddorzina.maxis@plan-international.org
Téléphone: +509 28 13 1141 / 28 11 0556

A propos de la réponse de Plan International Haïti

La réponse à COVID-19 de Plan International Haïti se concentre sur la protection des enfants les plus vulnérables et place au cœur de ses priorités les besoins et les droits des filles et des jeunes femmes.

Plan International Haïti intervient dans les départements de l’Ouest, du Sud-est du Nord-est et du Nord et travaille en étroite collaboration avec les communautés, les institutions étatiques et ses partenaires pour prévenir la transmission de la COVID-19 et réduire l’impact social négatif de la maladie sur les enfants et leurs familles. Dans ses interventions, l’organisation se concentre sur la sensibilisation des communautés à la COVID-19, la prévention et la lutte contre les violences basées sur le genre et l’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages les plus vulnérables.

Dans le cadre de ses actions, Plan International Haïti s’efforce d’attirer l’attention de ses partenaires et des décideurs sur les conséquences de la crise sur les droits et le bien-être des enfants, en particulier des filles et des jeunes femmes, et appelle à prendre ces impacts en compte dans les efforts de réponse.

A propos de Plan International


Plan International est une organisation humanitaire et de développement indépendant qui fait avancer les droits des enfants et l’égalité pour les filles.
Nous croyons en la puissance et le potentiel de chaque enfant. Mais ceci est souvent supprimé par la pauvreté, la violence, l’exclusion et la discrimination. Et ce sont les filles qui sont les plus touchés. En travaillant ensemble avec les enfants, les jeunes, nos supporters et partenaires, nous nous efforçons pour un monde juste, luttant contre les causes profondes des défis auxquels sont confrontés les filles et tous les enfants vulnérables.
Nous soutenons les droits des enfants de la naissance jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte. Et nous permettons aux enfants de se préparer à – et répondre aux – crises et à l’adversité. Nous conduisons des changements dans la pratique et la politique au niveau local, national et mondial à l’aide de notre expérience et connaissance.


Nous avons construit des partenariats puissants pour les enfants depuis plus de 80 ans, et nous sommes maintenant actifs dans plus de 75 pays dont Haïti depuis 1973.

FIN

Laisser un commentaire

Catégories