DES ORGANISATIONS FÉMINISTES HAÏTIENNES FONT DES PROPOSITIONS POUR AIDER A JAILLIR LA VERITE SUR L’AFFAIRE YVES JEAN BART

Le 30 avril 2020, un article du journal britannique The Guardian faisait état d’allégations d’abus sexuels à l’encontre de footballeuses du centre sportif Camp Nou de la Croix-des-Bouquets et mettait en cause le président de la Fédération haïtienne de football (FHF), Monsieur Yves Jean-Bart.

Dès le 1er mai, des organisations féministes réagissaient en exigeant qu’une enquête soit diligentée, que protection soit accordée aux mineures concernées et la démission de Jean-Bart. D’autres organisations de la société civile et des institutions étatiques ont rejoint ce mouvement de protestation pour réclamer que la lumière soit faite sur cette affaire préoccupante. Cela a porté les autorités judiciaires à engager des investigations et, le 14 mai, M. Jean-Bart a été convoqué au tribunal. Le 21 mai, un autre article de The Guardian faisait d’autres révélations. Le 25 mai, la Fédération internationale de football (FIFA) a finalement réagi aux interpellations et a décidé de suspendre provisoirement Jean-Bart pour 90 jours, conformément à ses règlements.

Cette mesure conservatoire de la FIFA constitue une avancée dans le dossier. Cependant, il conviendra d’exercer la plus grande vigilance par rapport à l’impunité, compte tenu de la position de pouvoir occupée par Jean-Bart, depuis une vingtaine d’années en tant que principal dirigeant de la Fédération haïtienne de football, et des appuis dont il bénéficie.

Soucieuses de voir jaillir la vérité dans ce dossier, nous, organisations féministes haïtiennes :

  1. Encourageons les victimes et leurs familles à dépasser leurs peurs pour témoigner devant la justice haïtienne et les enquêteurs de la FIFA.
  2. Demandons au tribunal de respecter les délais prescrits par la loi pour l’instruction du dossier.
  3. Réitérons notre engagement à fournir une assistance psychologique aux jeunes femmes concernées et à les accompagner avec leurs familles pour porter plainte.
  4. Exigeons des autorités haïtiennes l’adoption de mesures visant à assurer la sécurité des filles du centre sportif, de celles qui sont des victimes et des témoins.

Ensemble pour contrer les violences envers les femmes !

Port-au-Prince, le 28 mai 2020

Pour authentification :

_______________________________         _______________________________

Yolette Andrée Jeanty / Kay Fanm                            Sabine Lamour / Solidarite Fanm Ayisyèn

Organisations signataires : Kay Fanm – Solidarite Fanm Ayisyèn (SOFA) – Fondation Toya – Fanm Deside  

Laisser un commentaire

Catégories