Source photo : google search

Elizabeth Lubin rend hommage à Mamoune Regis, une ado partie trop tôt

Le 18 juin 2020, au Cap-haïtien, la mort de cette enfant de 14 ans, Mamoune Regis, parce que c’est une enfant de la rue, sa mort reste lettre morte. Une de plus, une de moins…life go’s one..

Dans un pays, où l’immoralité court les rues, une enfant qui vit dans la rue a choisi de laver des voitures pour gagner sa vie honnêtement, au lieu de se prostituer comme tant d’autres. Sa vie ne vaut rien aux yeux de plus d’un. Sa mort non plus.

Un agent de sécurité trouvait que sa présence salissait la devanture de son lieu de travail. Car à ses yeux, son travail à elle qui consistait à solliciter des clients pour survivre n’avait pas lieu d’être dans son monde à lui.Quand elle n’a pas voulu quitter son lieu de travail, quand elle a osé lui dire: « tu n’es pas un chef » il l’a tout simplement effacé, éliminé sur son lieu de travail en toute quiétude, car il se prend pour  » un chef ».

Elle est morte en affrontant dignement son oppresseur qui n’était pas un représentant de l’ordre en lui rappelant sa position inférieure. Il a vu rouge et l’a écorché vive tel un taureau en furie.Il lui a donc montré qu’il avait du pouvoir sur elle, même celui de lui ôter la vie en plein jour, et ce pour impertinence.Son existence n’avait pas lieu d’être. Elle ne servait à rien. Elle n’était rien, juste une fille de rue, au bas de l’échelle sociale. Elle ne lui servait à rien non plus puisqu’elle gagnait honnêtement sa vie. Il ne pouvait rien tirer d’elle. Alors il l’a tiré, tout bonnement..En ignorant cette mort atroce, la société donne raison à ce criminel notoire.

En Haïti, on a tous les droits sur une enfant de la rue, .. tout comme sur beaucoup de catégories de personnes: femmes, résidents de bidonvilles, militants, bref tous ceux qui parlent, qui se lèvent debout pour défendre leur dignité.Quand tu refuses de rester à la place qui t’es assigné par l’autorité en place… l’Etat, la police, le bourreau, le maître, le colon, l’oppresseur, le violeur, le voleur, le manipulateur… Quand tu refuses de continuer à croupir dans ta misère crasse et que tu te lèves pour défendre ton humanité et celle de tes frères et soeurs, on te remet vite fait à ta place, soit au cimetière parmi ceux qui se sont enfin TUENTMorte parce qu’un agent de sécurité s’ est octroyé le droit de l’éliminer puisqu’elle était de trop dans le portrait, dans ce paysage fait d’injustice d’inégalités sociales dans ce pays de castes, d’apartheid ..

Le dernier portait de Mamoune Regis, 14 ans, fille de personne, je l’ai embellit avec des fleurs virtuels question de lui donner un peu de dignité post mortem. Si sa vie n’a compté pour personne faisons au moins en sorte que sa mort compte à nos yeux PARTAGEZ SVP afin que justice soit faites pour qu’elle puisse enfin reposer en paix.

Elizabeth Lubin

___________________________________

Lanmò Mamoune Regis pafè eko ditou li pa pale nan laprès ditou yon timoun kap siye machin poul teka ede tèt li!!!yon Agen securite videl atè paskel fin siye yon machin epi lap tann chofè a fè woulman avèl epi mal veyan tirel paskel tekanpe nan yon pozisyon ke security pat dakò!!!!!se jodi a m’ap wè 90% Ayisyen pa imen paske demwazèl la pa Gorge Floyd, lipa Cobe lipa yon American se sak fè yo pa made jistis pouli lavi jenès ayiti hummm.

Laisser un commentaire

Catégories