Crédit photo : page facebook Gouvernance Group

Gouvernance Group, cette entité qui promeut le leadership féminin

Depuis quelques temps, on remarque une forte participation des femmes dans les sphères d’activité politique, économique et sociale. Elles s’investissent et n’hésitent plus à s’exposer au devant de la scène tout en promouvant le leadership féminin pour une plus grande implication des femmes et des jeunes filles. C’est dans cette optique que Gouvernance Group prône le leadership féminin invitant femmes et jeunes filles à exploiter toute leur potentialité.

Vendredi 16 août 2019, nous sommes au Centre pour la promotion de la démocratie et l’éducation participative (CPDEP), à Pétion-Ville, où se tient une formation sur le leadership féminin. Cette initiative, prise par Gouvernance Group, est l’oeuvre de la directrice générale de l’association organisatrice, Mme Gabrielle Hyacinthe. Le but étant de rassembler les jeunes femmes leaders pour discuter de l’apport des femmes dans  la construction d’Haïti en tant que leader.

Il est 9h 30, la salle où se tient la formation est pleine. Une ambiance détendue règne entre les participantes qui, pour la plupart, sont de jeunes étudiantes. L’activité débute après un petit déjeuner copieux. Les participantes profitent de cette occasion pour discuter et nouer de nouvelles relations.

Trente minutes plus tard, l’activité commençait. C’est autour du thème “Les femmes au cœur de la promotion de l’Etat de droit” que la formation a débuté avec la présence de Marie Carmelle Lafontant et Marnelle Sanon. Ces dernières ont accentué leurs interventions autour de l’éducation qui, pour elles, occupe la première place dans le développement de l’humain. 

Lors de ce premier panel, Mme Lafontant en a profité pour parler des premières luttes menées par les sœurs Sylvain particulièrement pour l’intégration des femmes dans le secteur éducatif. Selon ses dires, “la conscientisation est la première étape pour sensibiliser et inciter d’autres femmes à poser des actions concrètes”. En relatant ses vécues, on comprend vite que c’est en côtoyant les sœurs Sylvain qu’elle a fini par rejoindre la Ligue féminine d’action sociale fondée en 1934 devenant aujourd’hui une icône aux yeux de la jeunesse féminine haïtienne.

Pour Mme Sanon, le leadership féminin implique de lourdes responsabilités surtout au vue de la conjoncture actuelle du pays. “Un cigare allumé dans les deux bouts”, c’est par cette image que la directrice du Collège Excelsior a présenté le pays. Ses dires ont été plus perçants. Elle n’a pas hésité à peindre de couleurs ternes l’état dans lequel vivent certaines jeunes filles qui se retrouvent à faire des choix difficiles. Un discours fait de conseil pour une meilleure orientation des jeunes femmes dans leur choix. “Se discipliner, améliorer au fil des ans ses compétences, et la prise en charge”, ce sont là les conseils donnés par la directrice du Collège Excelsior, Mme Marnelle Sanon pour le renforcement du leadership féminin.

Au cours de cette première discussion animée par Mme Lafontant et Mme Sanon, les jeunes ont exposé leur souci, les problèmes auxquels elles font face quotidiennement cherchant ainsi des solutions qui permettraient de résoudre certaines situations. Tout au long de cette activité, l’on sentait que les participantes étaient motivées et avaient soif d’insuffler une nouvelle impulsion à Haïti.

Dans le second panel, la discussion, animée par la Substitut du commissaire de gouvernement de la Croix-des-bouquets, Me Rebecca Luc, s’est tournée autour de l’implication des femmes dans la promotion de l’Etat de droit. Selon cette dernière, cette implication est surtout caractérisée par l’application stricte des normes juridiques peu importe le domaine d’évolution de ces femmes. 

Elle a commencé par un exposé sur l’Etat de droit afin de faciliter la compréhension de toutes les participantes. Son discours a surtout été ponctué par des illustrations, relatant différentes histoires permettant de mieux cerner le niveau de participation des femmes dans la promotion de l’Etat de droit. Me Luc a aussi fait étalage du respect des droits pour un meilleur rapport entre les citoyens. “Connaître ses droits et ses devoirs permet de développer de meilleurs rapports avec ses compatriotes, mais aussi d’être un citoyen qui s’évertue à respecter la loi”, nous dit-elle avec fougue. Son allocution s’est terminée par un message de motivation invitant les jeunes à nourrir leur esprit, renforcer leur potentialités guide par leur rêve, leur principe et conviction.

Cet échange, autour des stratégies à déployer pour bâtir une nouvelle nation, particulièrement de l’apport des femmes et jeunes femmes dans cette construction, a été clôturée par l’animation de l’atelier par la directrice générale de Gouvernance Group, Gabrielle Hyacinthe. Chaque participante a essayé de donner une réponse aux deux questions clés de l’atelier, à savoir que faire pour impulser et promouvoir le leadership féminin et connaitre le rôle de l’éducation dans le leadership féminin. Selon les réponses de chacun, la présidente de GG a invité les jeunes à poser des actions autour d’elles pour un impact positif sur d’autres jeunes dans leur communauté.

Il faut retenir que Gouvernance Group a deux ans d’existence et a pour objectif de promouvoir le leadership féminin et promouvoir la bonne gouvernance. Ils regroupent également en son sein des experts qui offrent leur compétence dans le Diagnostic institutionnel.

Laisser un commentaire

Catégories