Crédit photo : soumise par Jeanida Azor

Jeanida Azor s’investit dans la formation des femmes à Desarmes

« En milieu rural, le taux de jeunes filles en situation de grossesse précoce atteint un niveau inquiétant. Elles sont nombreuses à abandonner le parcours scolaire pour s’adonner à l’éducation d’enfants. Elles-mêmes n’ayant pas pu boucler leurs études et trop souvent ne disposent d’aucune ressources pour faire face à ces nouvelles responsabilités ».

Une douleur presque palpable dans la voix, Jeanida AZOR raconte comment des jeunes filles avec qui elle a partagé les années de sa tendre enfance dans sa commune natale ont dû s’arrêter en chemin, abandonnant leur rêve, leur parcours académique pour s’occuper de leurs enfants. Des grossesses précoces qui se multiplient, tel un fléau punissant contraignant ces dernières à couper court à leur adolescence pour endosser sans maturité, sans sens réel de responsabilité la maternité. 

Jeanida AZOR a créé une association  en collaboration avec Sherley PHILISTIN une amie et également originaire de Desarmes dans le but d’intervenir auprès de ces jeunes mères qui sortent à peine d’une adolescence mal vécue. Elles sont dans certains cas soutenues par leur famille dont la situation économique est toute aussi précaire et dans d’autres cas se mettent en couple avec des hommes ayant 2 fois leur âge. Ces hommes deviennent habituellement abusifs et sont adeptes de ce dicton : « la main qui donne est celle qui dirige ».

Située à 12.7 km de Verrettes, Désarmes est une localité du département de l’Artibonite ayant une superficie se 356.72 km2. Les cultures principales sont le riz et la canne-à-sucre, s’alignant ainsi en héritière dans la tradition rizicole du département.

L’Association Femmes d’Impact (AFDI) est une organisation à but non lucratif existant depuis 2 ans (2016-2018). Les débuts ne furent pas rose. Jeanida et son amie Sherley PHILISTIN ont mis ensemble quelques économies pour se lancer dans l’aventure. Plus tard, faisant quête auprès d’amis, de collègues elles résistent aux taux de l’inflation et avancent malgré l’oeil menaçant du cyclone en gardant en tête la seule chose qui compte:” Apporter un soutien instructif et réel aux jeunes filles de leur communauté.”

L’Association Femmes d’Impact (AFDI) n’est pas que le fruit de ce constat fait par Jeanida, mais de préférence un cri partant de son âme, un cri qui révolte et qui trouve écho dans son engagement citoyen et cette valeur ajoutée qu’elle apporte dans sa communauté. L’AFDI se donne la mission d’encadrer et de supporter des jeunes mères précoces, sans revenu et sans profession. Les jeunes filles faisant partie de ce programme sont éduquées sexuellement, elles reçoivent des formations sur le développement personnel, en leadership et en éducation financière. 

“Je crois que quand une fille reçoit une bonne éducation, elle est utile à sa famille, elle le rend à sa communauté et le monde entier en bénéficie.”

La présidente de l’Association Femmes d’Impact, Jeanida AZOR déplore le fait qu’en 2018 les sujets portant sur la sexualité des femmes soient encore considérés comme tabous, des sujets à ne débattre qu’en paraboles et souvent proscrits même dans l’intimité d’un foyer. Elle pense que si les jeunes filles étaient éduquées sexuellement, elles seraient mieux parées et prendraient de meilleures décisions avec leurs partenaires.

AFDI dénonce le fait que des jeunes filles, après avoir enfanté, soient maltraitées par des hommes profiteurs qui leur offrent le gîte et le couvert en échange de leurs corps. 

Pour être plus eficace et efficiente huit (8) jeunes volontaires s’adonnent à la cause de ces mères précoces et s’assurent qu’elles deviennent des personnes réfléchies, et en possession de certaines facultés dont les notions inculquées en éducation financière les apprenant désormais à faire des économies, à monter un petit budget en bref, à mieux s’en sortir.

AFDI est un modèle inspirant pour la jeunesse haïtienne en quête continue de repères. Ces jeunes volontaires nous rappellent le sens de l’engagement citoyen et l’obligation que nous avons, filles et fils du pays à mettre à son service notre savoir-faire, nos connaissances, notre talent et ainsi contribuer concrètement à son développement.

Jeanida AZOR et son équipe fait une différence à Désarmes en offrant une alternative aux jeunes filles, aux jeunes mères. Elle s’y investit et trouve sa satisfaction dans l’espoir renaissant des jeunes mères et dans leur sourire reconnaissant, a confié la présidente.

Une mère est une personne vulnérable qui nécessite une attention psycho-affective et des soins particuliers. Elle ne peut êtte livrée à elle-même pendant cette période qui peut mettre en péril sa vie et celle de l’enfant à naître…

Le système éducatif haïtien est d’une manière générale boiteux. Des écoles poussent comme des champignons et en plus de ne pas respecter les normes de construction, elles ne véhiculent aucunes valeurs intrinsèques et donnent une formation au rabais pour ne pas dire presque inexistantes aux écoliers. Ce n’est pas le cas de toutes bien entendu, quelques unes gardent encore le flambeau et s’accrochent malgré ce raz-de-marée de médiocrités. Toutefois en milieu rural la présence même de bâtiments d’écoles est souvent rare. 

On ne trouve pas beaucoup d’institutions scolaires et le peu qui se disputent le canton n’arrivent pas à inculquer certaines valeurs fondamentales, à titiller l’amour des enfants pour l’école, la fièvre de l’acquisition des connaissances. Dans la plupart des cas, les enfants évoluant dans ces zones sont scolarisés assez tardivement et sont partagés entre les obligations domestiques et pédagogiques. L’intérêt manque alors  pour l’école et déjà une route parallèle se trace.

La jeune entrepreneure vient de participer au programme YLAI 2018 et a un parcours académique intéressant:

Primaire: Ecole Sainte-Anne

Secondaire: College Coeur Immaculée de Marie

Secrétariat: Christ the King Secretarial School CKSS

Administration des Affaires: Université Quisqueya

Online Certified Auditor: Sai Global

Marketing: Université Quisqueya

Entreprenariat: Entrepreneurship Institute

“Je voudrais dire aux jeunes de croire en eux, en leurs rêves et d’être forts. Le monde a besoin d’entrepreneurs et d’agents de changement comme eux. Aussi de toujours positiver afin de créer des opportunités, d’innover et de faire de l’Impact dans le monde.” Message de Jeanida AZOR.

Laisser un commentaire

Catégories