© %author%

Source photo : google search

Le MCFDF et la FAO : Vers le renforcement des capacités en matière de genre dans les domaines de l’Agriculture, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) et l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) ont organisé, les 28 et 29 août 2018 à l’hôtel Montana, un atelier sur le renforcement des capacités en matière de genre et d’autonomisation des femmes dans le cadre de la sécurité alimentaire et nutritionnelle qui a pour but principal la création d’une stratégie de genre en matière de souveraineté, sécurité alimentaire et de nutrition. 

Dans l’objectif de renforcer les capacités des Cadres du Ministères de l’agriculture, en particulier, celles et ceux faisant partie de l’unité de genre, d’identifier les points essentiels d’une démarche stratégique permettant une meilleure prise en compte du genre dans la sécurité alimentaire et d’adopter des indicateurs permettant d’apprécier les avancées effectuées en la matière ; le MCFDF et la FAO ont tenu deux journées de travail avec les membres d’organisations, d’associations et de ministères concernés par le sujet en vue de proposer dessolutions adéquates qui autoriseront aux femmes d’user de la plénitude de leurs droits en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Lors de la deuxième journée, soit le 29 août, l’Agronome Arnel Cazeau, introduit par la coordonnatrice de l’atelier Nadège Telfort, a présenté la politique nationale de la Sécurité Alimentaire et de Nutrition (SAN) en Haïti dans lequel il est prouvé que la production locale est de plus en plus négligée au profit des produits importés. Une situation qui ne facilite pas la tâche aux agriculteurs issus des divers provinces du pays qui se voient obliger de voir diminuer voir disparaître certains des produits qui, auparavant, étaient très cultivés et demandés. 


L’agronome et coordonnatrice chargée des dossiers de gestion des risques et désastres à la direction générale du MCFDF, Gerty Adam, a, quant à elle, parler de la situation à laquelle fait face les femmes rurales/agricultrices/productrices qui sont parfois victimes de différents formes de violations des droits,d’une manière générale, en relation avec l’agriculture, la sécurité alimentaire et la sécurité nutritionnelle. 

En fin de journée, des séances de travail ont été organisé autour de deux sujets notamment les droits de la personne précisément ceux des femmes, la discrimination ainsi que la violence du genre dans le secteur agricole. Un milieu qui, quelques années auparavant, était destiné exclusivement aux hommes. Toutefois, même avec les avancés enregistrés pour que les femmes y soient beaucoup plus présentes, il est quand même nécessaire qu’elles aient un accès total à la sécurité alimentaire et nutritionnelle tout en tenant compte des réalités haïtiennes qui relient les femmes à la terre.

Laisser un commentaire

Catégories