© %author%

Les examens du bac ont terminé tant bien que mal

D’après les données du Bureau National des Examens d’Etat (BUNEXE), 124,677 candidats devaient participer aux examens officiels de fin d’études secondaires dont 15,885 pour le secondaire traditionnel, 108,792 pour le secondaire rénové (S4) et 12,071 recalés.

Les examens officiels de fin d’études secondaires se sont déroulés du 26 au 29 juillet 2021 en dépit des incertitudes qui planaient sur l’organisation de ces derniers.

Les responsables du MENFP avaient annoncé que toutes les mesures allaient être prises pour le bon déroulement des épreuves.

Nous avons été visiter certains des centres d’examens question de nous informer sur les différentes dispositions prises par les autorités dans le cadre de leurs gestions de cet événement.

D’après les responsables, des fiches qui sont bloquées à la direction de certaines écoles, des difficultés au moment de traverser certaines zones pourraient occasionner les absences que nous avons constatées dont 36 au Lycée Horatius.

Si au Collège Excelsior (Delmas 75) les représentants du Ministère de l’Éducation Nationale se sont montrés très fermés avec la presse au point de ne pas vouloir se prononcer sur certaines irrégularités, dans d’autres établissements, c’est tout à fait différent.

Au cours de notre visite à l’École Frère du Bon Berger à Delmas 48, nous avons rencontré Joël Laurestent qui s’est présenté comme le directeur de ce centre d’examen. 7 salles de cette institution ont été utilisées dans le cadre de ces examens. 168 candidats y étaient attendus. À en croire le staff du MENFP, il n’y pas beaucoup d’absents.  » Nan kèk sal nou ka gen 1 ou 2 timoun ki pa vin konpoze », a confié M. Laurestent. Et en ce qui concerne les mesures sanitaires, s’ils ont géré la question de la distanciation, il a laissé entendre qu’environ 25 % des élèves ont déclaré qu’ils ne peuvent pas respirer sous les masques.

Arrivés au Lycée Horatius Laventure, nous avons été reçus par M. Rameau Ralph directeur de centre. Il est aussi le directeur du Lycée de Lasaline. Nous avons visité 12 des 18 salles qui ont été utilisées pour l’organisation de ces examens. Tout le monde avait un masque soit dans sa poche, soit dans son sac, y compris les surveillants. Mais, personne ne l’utilisait jusqu’au moment où le responsable du Ministère leur a demandé de le porter ne serait-ce que pendant pendant quelques secondes.
« Mettez vos masques s’il vous plaît, Menm pou yon moman », répétait cet homme qui devrait veuiller au strict respect des mesures barrières comme l’avait annoncé son Ministre de tutelle.

Il faut noter que selon les personnes auxquelles nous avons parlé, le MENFP avait mis à la disposition des éléves des masques, des solutions alcoolisées, et de l’eau.

Quant aux candidats qui sont arrivés en retard, certaines mesures ont été prises afin de leur permettre de composer dans un cas spécial, selon les informations que nous avons eues des responsables.

Par ailleurs, dans plusieurs coins du pays dont Cap-Haïtien les bacheliers ont marché pour célébrer leurs joies de terminer avec les péripéties des études classiques.

« Même quand il n’y a pas de classe, les élèves ne peuvent pas suivre des cours, il y aura toujours de bac », c’est bien la leçon. Comme notre Guy Régis Junior dirait: » C’est un pays sauve qui peut. »

Laisser un commentaire

Catégories