© %author%

Crédit photo : Photo soumise par Camille Moise

Mélani, une nouvelle série télévisée dans le répertoire cinématographique haitien

La St Valentin arrive à grands pas, l’équipe de Dofen News a rencontré le promoteur de la série “Mélani” qui met en lumière la situation d’une catégorie de femmes. La grande première se tiendra au Palais Municipale de Delmas le 14 février à 6h PM. Découvrons ensemble “Mélani”

Dofen News : Parlez-nous de Mélani ?
Camille Moïse :
 Pour résumer, je vous dirai que la série met en lumière l’histoire de deux femmes, une mère et sa fille, qui se battent pour réaliser un rêve commun : celui de s’installer dans la capitale et de faire entreprendre des études de droit à Mélani, la fille unique de Kèkète.

Tous les chemins qu’elles vont emprunter et tous les obstacles qu’elles devront surmonter nous permettront de découvrir deux femmes fortes, chacune à sa manière, et qui vont enfin aller au-delà de ce rêve sans jamais se comporter comme des victimes. 

DN : Pourquoi une série sur les conditions de vie des femmes d’une classe particulière? Qu’est ce qui vous a interpellé?
CM : 
Pour être honnête, l’histoire de Mélani a pris corps au fur et à mesure que je progressais dans le développement des personnages principaux.  Certes, il y avait les idées de John Fritz Moreau, qui voulait à l’origine évoquer la vie d’une jeune servante et je devais considérer cela comme un fil conducteur. Mais à la fin, je peux avouer que ce sont les personnages eux-mêmes qui m’ont guidé vers tous les thèmes que j’ai développés dans le scénario final. 


DN : Avec une série sur les “servantes” qu’est ce que vous voulez démontrer?
CM : 
À proprement parler, la série ne raconte pas l’histoire d’une servante telle que nous la concevons dans l’imaginaire collectif haïtien.   

Même si c’est un film haïtien, Mélani a le mérite d’aborder des sujets plus universels.  La relation mère-fille occupe une place centrale. Il y a aussi le thème du courage face à la maladie, que Kèkète, la mère de Mélani, incarne de façon saisissante. 

Les hommes aussi sont représentés dans l’histoire, tantôt comme prédateurs, tantôt comme victimes. À vrai dire, il n’y a pas de manichéisme dans la représentation du monde à travers Mélani. 


DN : Est ce que cette série vise à éduquer la population?
CM : 
Il me semble que chaque œuvre apporte une certaine forme d’enseignement et souvent c’est le spectateur qui trouve seul cet enseignement en rejouant un film dans sa tête.  Même si Juno et moi recherchons avant tout le divertissement, Mélani comportera quelques passages éducatifs. Ce que nous appelons une leçon morale, oui, il y en aura certainement.


DN : Qui est l’héroïne de la série? 

CM : L’histoire est portée par les deux personnages féminins, à savoir Mélani jouée par Nedji Baptiste, une belle et talentueuse actrice et Kèkète, la mère qui est jouée par Rose-Guerline Ganthier, qui était vraiment superbe sur le plateau. 

Autour de ces deux femmes gravite toute une panoplie de personnages mémorables également, mais je laisse le public libre de choisir son personnage préféré. Après 40 épisodes, ils seront nombreux.   


DN : Produire un film en Haiti est un acte héroïque considérant le contexte : pas de salle de cinémas, pas de fonds pour les productions culturelles, entre autres… comment vous faites pour mobiliser des fonds à cette noble cause?
CM : Tout d’abord, il faut y croire et ne pas se mettre en tête de pouvoir s’enrichir avec un premier film.  Nous connaissons depuis longtemps tous les problèmes liés au financement et au circuit de distribution.  Ce qui compte avant tout, c’est l’envie de raconter et de partager une histoire.  Tant qu’il y a un public pour nous solliciter, nous devons être présents jusqu’à ce que les gens qui ont les moyens d’investir comprennent que le cinéma c’est aussi une industrie. 

Aujourd’hui, il y a beaucoup de petits films qui sont réalisés et diffusés sur youtube. Même si la qualité est encore à espérer, il faut néanmoins encourager cette passion.  

En ce qui nous concerne, pour le projet Mélani, nous cherchons encore les moyens financiers qui nous permettront de faire la série comme nous le souhaitons et c’est dans cette perspective que nous présentons le pilote, ce 14 février, au Palais Municipal.


DN : Avez-vous un message pour les potentiels partenaires et toutes celles-ceux qui nous lisent cet article aujourd’hui?
CM : Nous avons dû consentir d’énormes sacrifices pour pouvoir réaliser ce pilote alors que le pays était “LOCK” le présenter sur grand écran à un public est déjà une victoire pour nous tous. Je demande aux fans de venir voir ce que nous avons réalisé avec passion et beaucoup d’amour. 


Le pilote de Mélani réunit tous les ingrédients pour vous permettre de passer un agréable moment de cinéma ensemble le 14 février au Palais municipal et nous avons besoin de votre présence pour nous encourager.  


Nous espérons que nos futurs partenaires apprécieront les efforts déployés et nous apporteront le soutien nécessaire pour que nous puissions continuer l’aventure. 

FICHE TECHNIQUE

TITRE             : MÉLANI 

GENRE         : SÉRIE 

DUREE DU PILOT    : 60 MN

SCÉNARIO        : CAMILLE MOÏSE

RÉALISATION     : CAMILLE MOÏSE

PRODUCTEUR    : JOHN FRITZ MOREAU

Laisser un commentaire

Catégories