© %author%

Crédit photo : site Le Temps

25 ouvrages que toute féministe devrait absolument avoir dans sa bibliothèque

Dans le but de faire perdurer les histoires et les parcours des jeunes filles et femmes féministes que le monde a connu, plusieurs d’entre eux ont été mis sur papier. De ce fait, le quotidien suisse Le Temps a répertorié vingt-cinq (25) livres et on a tenu à les partager avec vous. Classés par ordre chronologique, voici le titre des livres ainsi que le nom des auteures.

1) Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791) – Olympe de Gouges
La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est un texte juridique français rédigé sur le modèle de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il a été le premier document à évoquer l’égalité juridique et légale des femmes par rapport aux hommes. 


2) Une Chambre à soi (1929) – Virginia Woolf
Le sujet principal de ce texte est la place des auteurs de sexe féminin dans l’histoire de la littérature, principalement dans le contexte britannique. L’auteure se penche sur les facteurs qui ont entravé l’accession des femmes à l’éducation, à la production littéraire et au succès. 


3) Fifi Brindacier (1945) – Astrid Lindgren
Fifi Brindacier, personnage principal d’une série de romans, est une petite fille rousse de neuf ans. En Suède, elle est considérée comme une icône féministe. Libre, indépendante, puissante, la jeune héroïne remet en cause les rapports de pouvoir entre adultes et enfants, entre garçons et filles.


4) Le Deuxième Sexe (1949) – Simone de Beauvoir
Cet ouvrage est considéré comme le plus grand livre de la philosophie féministe. Selon le site La Philosophie,Simone de Beauvoir défend la thèse suivante : l’inégalitéhomme/femme est historiquement et idéologiquement construite. Les femmes doivent reprendre possession de leur destin, non en tant que femme, mais en tant qu’homme comme les autres. Ainsi, la femme ne doit plus être « femme », autrement dit le sexe inférieur, l’Autre, mais un homme. Le Deuxième Sexe a été si controversé que le Vatican l’a classé dans la liste de ses romans interdits. 


5) Le Carnet d’or (1962) – Doris Lessing
« Le Carnet d’or » raconte l’histoire d’Anna, une jeune romancière qui par peur de la page blanche, raconte ses expériences dans divers carnets colorés. C’est celui couleur or qui va l’aider à se révéler à elle-même. 


6) Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage (1969) – Maya Angelou
Ouvrage autobiographique, il illustre combien force de caractère et amour de la littérature peuvent aider àaffronter le racisme et les traumatismes.


7) Parole de femme (1974) – Annie Leclerc
Ce livre retrace par des poèmes, des textes, des lettres, des slogans ou des fragments de livres, la condition et le combat des femmes à travers les millénaires.


8) Ainsi soit-elle (1975) – Benoîte Groult
Dans Ainsi soit-elle, l’auteure parle des femmes, des hommes, et de la façon dont ils devraient procéder pour tenter d’éradiquer les injustices et les souffrances que les femmes ont malheureusement trop longtemps subies (et subissent encore d’ailleurs un peu partout dans le monde).


9) Une si longue lettre (1979) – Mariama Bâ
A travers cet ouvrage, l’écrivaine sénégalaise Ce roman aborde le statut des femmes au Sénégal et plus largement en Afrique de l’Ouest.


10) Ne suis-je pas une femme? Femmes noires et féminisme (1981) – Bell Hooks
Dans ce livre, Hooks parle des effets du racisme et dusexisme sur les femmes noires, du mouvement des droits civiques, des mouvements féministes depuis les luttes pour le droit de vote jusqu’aux années 1970. 


11) Les Mères (1982) – Claire Bretécher
Les Mères est une bande dessinée humoristique qui traite de la maternité, de la décision d’avoir un enfant à l’accouchement en passant par la grossesse. 


12) Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique (1982) –Starhawk
Starhawk a participé dans plusieurs mouvementsnotamment ceux des antimilitaristes et antinucléaires aux Etats-Unis dans les années 1970-1980. En 1982, elle publie « Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique » en se basant sur la narration très concrète de sa participation à ces mouvements. Elle explore une science inventive et festive des rituels, invitant chacun-e à prendre conscience de son pouvoir et à le mettre en oeuvreen resserrant les liens avec les autres, en agissant àsa mesure au sein de la communauté.


13) L’un est l’autre (1985) – Elisabeth Badinter
Dans L’Un est l’Autre, Élisabeth Badinter convie ses lecteurs à une réflexion sur les relations entre hommes et femmes. 


14) La Servante écarlate (1985) – Margaret Atwood
Ce roman de science-fiction décrit un futur, peut-être proche, où la religion domine la politique dans un régime totalitaire et où les femmes sont dévalorisées jusqu’à l’asservissement.


15) Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité (1990) – Judith Butler
Dans cet ouvrage majeur publié aux États-Unis, la philosophe Judith Butler invite à penser le trouble qui perturbe le genre pour définir une politique féministe sans le fondement d’une identité stable. 


16) Femmes, manifestez-vous! (1994) – Taslima Nasreen
 Ce livre est un témoignage sur la réelle condition des femmes dans des pays dominés par les religieux, qu’il s’agisse du Bangladesh, de l’Inde ou encore de l’Algérie. 


17) Il y a deux sexes. Essais de féminologie (1995) – Antoinette Fouque
Cet ouvrage retrace la féminisation de la pauvreté, l’insécurité sexuelle et la montée des intégrismes religieux.


18) Masculin/féminin. La Pensée de la différence (1996)- Françoise Héritier
Ce livre réunit douze articles publiés dans différentes revues entre 1979 et 1993 qui, tous, abordent sous un angle un peu différent une question qui taraude l’auteur : quel est le fondement de la hiérarchie entre les sexes ? 


19) Les Monologues du vagin (1996) – Eve Ensler
Les Monologues du Vagin est un texte fondé sur plus de deux cents entretiens avec des femmes : jeunes, âgées, mères de famille, dactylos, PDG, prostituées, noires, hispaniques, asiatiques, bosniaques, indiennes, juives, blanches ou d’une part elles parlent de la violence infligée à leurs corps et d’autre part le bonheur d’être femme, la joie d’être amante, la fierté d’être mère.


20) L’Evénement (2000) – Annie Ernaux
Ce récit autobiographique décrit le parcours du combattant d’une jeune étudiante pour avorter. 


21) Histoire des mères et de la maternité en Occident (2000) – Yvonne Knibiehler
Dans cet ouvrage, l’auteur démontre que la maternité reste un enjeu de pouvoir. 


22) King Kong Théorie (2006) – Virginie Despentes
Expérience de la prostitution, du trauma lié au viol et exploration des milieux et pratiques pornographiques, le texte interroge de manière frontale la sexualité féminine et la définition originelle du féminin.


23) Reflets dans un œil d’homme (2012) – Nancy Huston
Dans cet essai, Nancy Huston remet en cause les études de genre qui voudraient que le comportement masculin ou féminin ne soit que le résultat d’une éducation, d’unconditionnement. 


24) Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe (2017) – Chimamanda Ngozi Adichie
Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe est une lettre en réponse à Ijeawele, amie de l’auteure, qui lui demandait conseil afin d’offrir à sa nouvelle-née une éducation féministe.


25Sorcières. La puissance invaincue des femmes (2018) – Mona Chollet
Dans son ouvrage “Sorcières, la puissance invaincue des femmes”, Mona Chollet démontre que la figure de la sorcière est une construction sociale pure et simple. 
 
https://www.letemps.ch/culture/25-livres-feministes-quil-faut-lus

Laisser un commentaire

Catégories