Source photo google search
© %author%

“Dife nan mache ya” Accidentel ou prémédité, n’empêche que tout est parti en fumée.

Un autre incendie s’est déclaré ce 13 juillet à l’arrière du Marché Hyppolyte plus précisément au Marché Curaçao. Le feu a détruit une partie de ce qu’il restait de suites de la dernière tragédie qui date de quelques mois. Marché Curaçao ou Bèl Mache, le nom importe peu, les personnes victimes sont le plus à déplorer. Un coup dur de plus à encaisser.

Plus connu sous le nom de marché en fer, le marché Hyppolyte est, jusqu’à date, le centre d’attention de pyromanes véreux qui ne cessent de faire couler les larmes d’une population qui exprime son ras le bol face à la mauvaise situation de vie à laquelle elle fait face.

Dans le but de trouver une explication logique au drame, plusieurs hypothèses ont été avancées par les différents témoins. Pour certains, le feu a été déclenché par des étincelles provenant d’un brûlage de déchets non loin du marché. Pour d’autres, une main est derrière tout ça. 

Accidentel ou prémédité ? Quelle importance ! Désormais, plusieurs commerçantes n’ont maintenant plus rien à gagner, plus rien à investir pour pouvoir répondre aux besoins de leurs familles. Sachant que l’ouverture des classes est prévue pour le mois de septembre prochain,les gens sont, encore une fois, livrés à eux-mêmes dans un pays où les concernés sont intéressés que par le climat politique actuel. 

A noter que cette mésaventure est la quatrième orchestrée en l’espace de six (6) mois rien qu’au marché Hyppolyte. Pour les autres enregistrées le 12, 18 février et 11 juin 2018, aucune explication n’a été donnée. 

Encore une fois, les victimes n’auront qu’à mare senti yo byen rèd pou yo kontinye viv vi yo comme ça a toujours été le cas jusque-là.

Laisser un commentaire

Catégories