© %author%

Dofen News et ses partenaires présentent l’exposition « Elles et nous »

Cette année, pour marquer les seize jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, le magazine en ligne Dofen News et ses partenaires dont l’Ambassade du Canada offrent au grand public trois journées d’activités au local de Banj, allant du 7 au 9 Décembre 2020.

Conférences, exposition des étapes du mouvement féministe en Haïti, vernissage d’œuvres en fer découpé ; c’est une programmation riche à laquelle tout le monde est convié.


7 Décembre, 10h30 AM
En ouvrant la porte menant droit à l’exposition, nous sommes vite interpellés. Il y a les « banners », qui au début, nous présentent les différentes étapes du mouvement féministe en Haïti avec pour titre « Jalons historiques du mouvement des femmes haïtiennes ». Passant de leur ralliement à l’union patriotique en 1915, la conquête de leurs droits civils et politiques de 1942 à 1950, l’ère de la dictature sous-titrée «  le temps du bâillonnement » avec pour exemple Yvonne Hakim Rimpel jusqu’aux multiples actions posées par le mouvement après Duvalier ; nous nous retrouvons  bien informés.

 Ensuite, il y a ces œuvres en fer découpé. Créés par des artistes du village de Noailles dans la commune de la Croix-des-bouquets à savoir Elionne Voltus et Marie Guerlande Balan, Falaise Péralte, Mikerson Jean ; ces tableaux s’attardent sur des thématiques bien connues. 


Interviewée sur l’un de ses tableaux ayant pour descriptif « Fanm pa dwe posede machin » , Marie Guerlande explique que c’est sa façon à elle de dénoncer cette tendance qui porte à croire que les hommes sont supérieurs aux femmes et sont nés pour être privilégiés. 


« Fanm tou ka woule machinn. Pa gen akenn kote yo di machin se pou gason », s’offusque -t-elle. 


Pour Falaise Péralte, l’exposition baptisée «  Elles et nous », est une opportunité pour dénoncer certaines violences auxquelles sont sujets les femmes quotidiennement. L’un de ses tableaux ayant pour mémo « Fanm pa gen dwa manifeste nan peyi sa? » pointe du doigt la justice qui semble insensible aux cris des femmes même si elles sont violées et battues. L’artiste croit que les femmes en tant que citoyennes d’un pays ont tout aussi le droit de manifester autant que les hommes. 


En fin de compte, l’exposition « Elles et Nous » prouve que les hommes peuvent être aussi des féministes. Peut-être qu’on devrait tous se battre ensemble pour un monde égalitaire. Femmes et hommes sur un même piédestal.

Laisser un commentaire

Catégories