© %author%

La maison d’édition Tchatcha Edition est officiellement lancée

Sous le thème de « Réinventons l’avenir », la maison d’édition Tchatcha Edition a fait sa grande première hier jeudi, au local de Cedel Haïti à Delmas 73. Destinée à un public jeune, elle se donne pour mission de promouvoir la littérature jeunesse.

C’est un public composé de jeunes et d’enfants qui ont pris part à la cérémonie de lancement de Tchatcha Edition, ce jeudi 01 septembre. L’initiatrice de ce projet Soussoule Sanozil Guerrier a pu compter sur la présence de plusieurs de ses collègues de l’Académie des Femmes Entrepreneures (AWE), telles que Naichka Léonard qui a fait office de maître de cérémonie occasionelle et Sara Colimon qui a joué plusieurs morceaux de violon dont l’hymne national et quelques chants traditionnels. AWE est un programme de soutien et de formation mis en place par l’Ambassade des Etats-Unis, en partenariat avec CEDEL Haïti.

L’activité qui s’est dotée d’une programmation très simpliste a eu au menu un spectacle de danse, un débat avec le public suite à la lecture de « Kowosol » , qui est un bouquin pour enfants qui traite la question d’attouchements sexuels sur mineurs. La Fondation Toya, l’un des partenaires de Tchatcha Edition, a fait la joie des plus petits de l’assistance avec quelques moments d’animation.

Sous les applaudissements du public, tout sourire, la PDG Soussoule Sanozil Guerrier fait son entrée. Dans son allocution, la jeune entrepreneure est revenue sur les circonstances de la création de sa boîte. En effet, après une enquête menée par plusieurs jeunes, Mme Guerrier qui n’a pas donné plus détails concernant cette dernière a évoqué quelques raisons qui l’ont poussé à mettre sur pied Tchatcha Edition. Plusieurs parents se plaignaient du manque de livre d’illustration qui ne reflétaient pas les traits haïtiens, a t-elle révélé.

« Des mères de familles ont confié que leurs enfants leur demandaient pourquoi elles n’avaient pas de longs cheveux comme ceux qu’ils voient dans les dessins », raconte la femme d’affaires. « Il y a ma fille qui ne voulait pas que je l’appelle princesse, car elle avait du mal à s’identifier aux personnages des bouquins étrangers », a souligné une autre mère.

L’écrivaine a, par ailleurs, invité les mordus de littérature à emboîter le pas pour une belle aventure avec Tchatcha. Elle a profité pour présenter et remercier tous les membres de son staff. Dans une ambiance bon enfant, l’activité s’est clôturée avec la vente signature de son livre titré « Kolibri « , un livre d’illustration pour enfants. Les écrivain-es de littérature jeunesse peuvent déjà sortir leurs écrits des tiroirs.

Ceux qui sont intéressé-es par la littérature jeunesse et qui souhaitent s’y aventurer pourront contacter la maison d’édition à travers ce mail, info@tchatchaedition.com et également sur les réseaux sociaux. Ils peuvent aussi se rendre à Delmas 51, l’actuel local de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Catégories