© %author%

La SOFA dit non à la zone franche à Savane-Diane

Dans une note publiée dans les colonnes du journal Le Nouvelliste, La Solidarite Fanm Ayisyèn (SOFA) condamne l’arrêté présidentiel du 8 février 2021 qui fait de la Savane-Diane une zone franche. Selon les responsables de l’organisation, le premier élément qui fait que cet arrêté n’est pas valide c’est qu’il a été pris quelques heures après la fin du mandat de Jovenel Moise soit le 8 février 2021.  

Selon l’arrêté paru dans le numéro spécial #9 du journal officiel Le Moniteur, une nouvelle zone franche agro-industrielle d’exportation est créée dans la communauté de Savane-Diane située dans le département de l’Artibonite dénommée « Zone Franche Agro Industrielle d’Exportation de Savane Diane ».  

Dans la note, la SOFA a fait savoir que des agricultrices, membres de la SOFA, disposent de 13 hectares de terre concédées, en 2017, par l’État haïtien, à travers le Ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) et l’Institut national de la Formation professionnelle (INFP). Ces hectares, destinés à l’agriculture biologique, avaient été mis à la disposition de  l’organisation pour le renforcement de la ferme école d’agriculture biologique Délicia Jean de la SOFA à Saint-Michel de l’Attalaye. 

La SOFA a également souligné que l’année dernière Monsieur Andy Apaid Jr a réclamé la propriété, soudoyé des bandits qui ont brutalisé jusqu’au sang les membres de la SOFA et leurs sympatisant.e.s après avoir détruit les clôtures érigées par les agricultrices. SOFA avait  fait appel au support du ministre de l’agriculture de l’époque afin d’exposer le problème.  

« Le 7 février 2020, la FAO a classé Haïti parmi les pays en insécurité alimentaire urgente. Haïti comptait alors 3,7 millions de personnes en insécurité alimentaire. La FAO prévoyait que si aucune mesure n’est prise dès mars 2020, ce nombre passerait à plus de 4,1 millions. Un an plus tard, soit le 8 février 2021, au contraire, les autorités étatiques actuelles du pays, accompagnées d’industriels, veulent enfoncer la population dans la faim et la misère. », a-t-on pu lire. 

Selon la note de la SOFA signée par la coordonatrice générale Sabine Lamour, c’est tout le peuple haïtien qui doit dire non à l’arrêté de l’ex-président Moise qui vise à expulser des familles paysannes de la terre qu’il cultive au bénéfice de toute une population car, selon elle, cette décision ne peut engendrer que désolation et désarroi dans le pays. 

Laisser un commentaire

Catégories