© %author%

Crédit photo Pixabay

Pladoyer pour un congé menstruel pour les femmes qui souffrent de dysménorrhée invalidante

On ne peut imaginer pire douleur que celle qui revient inexorablement régulièrement. Certaines femmes vivent cette triste attente tous les mois depuis leur puberté. La dysménorrhée, nom scientifique des menstruations douloureuses est un drame mensuel que subissent certaines femmes et parmi elles des travailleuses. Ces douleurs sont parfois tellement atroces que tout ce que peut faire une femme atteinte, c’est de s’allonger ou se recroqueviller. Bien sûr, il y a des antidouleurs.

Dans de telle condition une employée ne peut pas travailler, elle baisse en productivité. Le Code du Travail dans un souci de reconnaître et de protéger les droits des femmes a fait de celles-ci une catégorie spéciale d’employé-e-s au même titre que les miniers, les mineurs, les gens de mer, etc. Il élabore sur les conditions de travail des femmes et les congés qui leur sont destinés en cas de grossesse.

Si porter un bébé exige des jours de repos de 12 semaines en principe, les règles douloureuses s’installent à la même enseigne : l’utérus. La dysménorrhée est une contraction douloureuse de l’utérus qui peut irradier jusqu’au bas du dos et le dessus des cuisses. Elle peut durer un ou plusieurs jours, avant ou pendant les règles, supportable ou complètement invalidante.

Pour lire le reste de l’article

http://haitidroitinvestissement.blogspot.com/2018/06/plaidoyer-pour-un-conge-menstruel-pour.html

Laisser un commentaire

Catégories