© %author%

Crédit photo : Dofen News

Quand deux femmes parlent de leur réussite en affaire

Deux femmes d’affaires haïtiennes ont été les principales oratrices de la 63ème soirée Networking REVEL du Centre d’entrepreneurship et de leadership en Haïti (CEDEL HAÏTI). Elles ont, toutes deux, intervenues autour du thème « Comment croître une jeune entreprise en Haïti » devant un public majoritairement féminin.

Ce 28 septembre, le hall d’entrée du local de CEDEL HAÏTI, sis à Delmas 73, était le point de rencontre d’une vingtaine de jeunes femmes et de quelques hommes. Tout ce beau monde était réuni pour écouter les entrepreneures Guelmana Rochelin et Katyana André Wolf qui allaient partager les secrets du succès de leurs entreprises respectives. 

Guelmana Rochelin est la Présidente-Directrice-Générale et la Fondatrice de Mana S.A, une entreprise qui produit des corn flakes en Haïti et Katyana André Wolf, quant à elle, est Fondatrice et Directrice de l’Atelier des Génies (ADG), un centre d’activités pédagogiques qui enseigne aux enfants âgés de 5 à 16 ans les notions ayant rapports aux sciences, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (S.T.I.M). Nées en Haïti, elles ont laissé le pays pour aller vivre aux États-Unis où elles ont terminé leurs études classiques et universitaires pour après revenir au pays pour y implanter leurs affaires. 

Pour ces deux femmes, c’est l’amour qu’elles portent pour  Haïti qui leurs ont poussé à y retourner surtout dans le but de créer une entreprise. « J’ai toujours voulu mettre sur pied quelque chose dans le pays même si je ne savais pas quoi », a confié la Directrice de Mana S.A. Tout le monde sait que pour concrétiser une idée de projet, la première chose à faire est de réaliser une étude de marché et c’est ce qu’elles ont fait et elles ont obtenu l’effet escompté même si la réalité haïtienne peut s’avérer être un grand obstacle si on prend en compte, par exemple, la rareté d’électricité. 

Pour certains, entreprendre en Haïti est encore plus difficile que d’entreprendre dans un autre pays. « Si on peut le faire en Haïti, on peut le faire n’importe où » telle a été la phrase dérivée d’un proverbe étranger qu’a repris la Directrice de ADG pour expliquer que peu importe les obstacles auxquels une personne fait face ce n’est pas son lieu d’emplacement qui changera, forcément, la donne. « L’une des choses qui vous permettra de réussir, continue la jeune femme, c’est de s’entourer des bonnes personnes. Des personnes qui apporteront un plus à son projet. Le plus important en plus de toutes ses choses, vous devez avoir confiance en vous, en votre idée ». 

Pour la PDG de Mana S.A, la persévérance est un atout dans le monde entrepreneurial parce que le succès ne vient pas d’un coup, il faut travailler dur, être capable de se relever après une chute pour espérer goûter au fruit de la réussite. Des conseils qui découlent de sa propre expérience puisque que ses débuts dans le milieu entrepreneurial en Haïti n’ont pas porté fruits aux premiers coups. 

Avoir une bonne idée de projet, s’entourer de personnes capables de vous expulser un peu plus loin pour la réalisation de ce dit projet et avoir une grande confiance en soi font partie d’un ensemble de règles à respecter pour devenir une bonne entrepreneur. Toutefois, une règle passe avant tous ces points, c’est de s’assurer que le produit  proposé répondra à un besoin quelconque parce que tant qu’il n’y a pas de besoin, le produit n’aura aucune fonctionnalité.

Laisser un commentaire

Catégories