© %author%

Affiche du festival

Rèv Boukannen, un festival qui rend hommage aux marchandes dites Madan Sara

L’organisation féministe Nègès Mawon a lancé, lors d’une conférence de presse organisée ce 24 septembre à la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), la troisième édition du Festival Féministe Nègès Mawon sous le thème « Rèv Boukannen ». Cette rencontre annuelle à la fois artistique et revendicative se déroulera du 24 au 29 septembre dans divers point de la capitale.

Les Madan Sara représentent la majorité du secteur commercial informel d’Haïti. En dépit de leur apport considérable à l’économie, ces femmes sont victimes de violence, de discrimination et aussi des flammes. Des flammes qui réduisent en cendres des vies, des journées de travail sous des soleils de plomb, des familles, des choses qui vont au-delà du tangible. Par-dessus tout ça, les conditions de travail quotidien de ces battantes ne sont pas du tout respectées, une situation qui met leur vie en péril chaque seconde qui passe.   

« Le thème Rèv Boukannen a été choisi après l’énième incendie enregistré au Marché Hyppolite en février dernier parce qu’outre les marchandises brulées, ce sont des rêves qui sont partis en fumée » a confié Pascale Solages, la coordonatrice générale de Nègès Mawon. 

Les organisateurs du festival comptent exprimer, à travers diverses  activités projetées pour la semaine, les cris de désespoir et de protestation de ces femmes qui veulent, toutes au final, une meilleure prise en charge de leur train-train quotidien qu’elles soient dans les marchés, dans les rues, sur les trottoirs ou sur le dos des camions de transport. 

« Nous avons fait des tas de recherches, nous avons travaillé avec beaucoup de personnes qui œuvrent depuis longtemps pour la même cause mais notre plus grande contribution pour la réalisation de ce festival a été celle de ces femmes elles-mêmes » a fait savoir Pascal Solages. 

Parmi les différentes rencontres prévues pour l’occasion, une conférence sera organisée, à Fokal le 26 septembre, autour du sujet « Incendie des marchés publics : facteur de féminisation de la pauvreté en Haïti » où des femmes auront à y intervenir notamment la Militante Féministe Danièle Magloire et l’ancienne Présidente du Groupe Echo Katie-Flore Fils-Aimé. Chaque année, le festival est clôturé avec un spectacle payant, la seule de toute la programmation. Pour cette fois, l’humoriste Gaëlle Bien-aimé et quelques autres artistes présenteront, le 29 septembre à Yanvalou, « Limyè », une création qui rendra hommage à l’auteur et musicien Manno Charlemagne décédé l’année dernière. 

Notons que l’organisation féministe Nègès Mawon, qui travaille dans les domaines de l’éducation et de la culture, a été créée en 2015, entre autres, dans le but de promouvoir les droits civils, politiques et socio-économiques des femmes et également pour prendre position sur la problématique de genre et l’égalité hommes/femmes.

Laisser un commentaire

Catégories