© %author%

Crédit photo : page facebook Séqu’ELLES

Séqu’ELLES ou la thérapie du « Parler pour se libérer »

Trouver un espace où des personnes viennent pour discuter, pour se libérer de leurs émotions, pour évacuer leurs frustrations et leurs mauvaises passes n’est pas toujours facile. Vous êtes une jeune femme et vous avez besoin d’un endroit où vous pourrez faire toutes ces choses ? Dans quelques jours, vous aurez Séqu’ELLES.

Cette nouvelle structure qui sera officiellement lancée le 26 janvier prochain est l’espace idéal pour écouter des femmes raconter leurs histoires, parler des péripéties qu’elles ont dû traverser avant de réussir et ce vice-versa.
 

A partir du 26 janvier, Séqu’Elles sera une série de causeries mensuelles à travers lesquelles des invitées raconteront leurs histoires « inspirantes » à une assistance diversifiée et constituée de plusieurs dizaines de personnes. Une audience qui au fil du temps s’agrandira grâce à la diffusion, à travers les réseaux sociaux, de capsules de témoignages en vidéos et sous formes de citations. 


Ces séances de débats seront organisées autour des thématiques comme les violences verbales/physiques conjugales, les grossesses précoces, les fausses couches, l’endométriose, les viols, les pressions sociales, le diktat de la beauté, le sexisme sur les lieux de travail.
 

« Séqu’ELLES se veut être un espace où les femmes au parcours inspirant confieront au grand public toutes les guerres qu’elles ont dû faire avant de réussir », lâche Ludnear Diane Augustin, l’initiatrice de cette nouvelle structure. Ce qu’il y’a de particulier à Séqu’ELLES, c’est le fait que nous utilisons la ‘’parole’’ comme notre principale arme de guerre, d’où notre slogan : ‘’ Parler pour se libérer ‘’ », révèle Ludnear qui est détentrice d’une licence en Gestion des Affaires de l’École Nationale Supérieure de Technologie (ENST) et actuelle étudiante en Sciences Politiques à l’Institut National d’Administration, de Gestion et des Hautes Études Internationales
(INAGHEI). 


Pour la jeune femme qui est également juge à Soleil d’Été, concours de chant pour enfants organisé par chaque été par la Télé Soleil, les activites qui seront organisées par Séqu’ELLES apprendront aux jeunes à ne plus se résigner mais à se battre pour contrecarrer leur destinée.  
 

Plusieurs évènements jugés personnels ont poussé Ludnear, blogueuse, à créer cette plateforme notamment l’histoire de Sylvie Jean Lavallée, ancienne Miss Vidéomax qui s’est inspirée de son combat contre l’endométriose pour écrire son ouvrage à succès titré « Mon combat contre l’endométriose ». Question de prouver que de bonnes choses peuvent découler des mauvaises et ce peu importe les séquelles qu’elles laissent derrière elles.

 
C’est Marcna Andy Pierre, fondatrice de la structure Demwazel qui ouvrira la danse pour la soirée de lancement qui se fera au local de local de Cedel Haïti sis à Delmas 73. La discussion se basera autour du thème : Tomber enceinte prématurément pour finalement accoucher d’un bébé… mort-né. Comment avancer malgré les séquelles/ Séqu’ELLES ?.
 

Dans un pays comme Haïti où la place de la majorité des femmes est encore dans la cuisine, celles qui réussissent professionnellement et qui se frayent une place dans la société constituent des cas isolés et Séqu’ELLES via ses différents évènements et témoignages des invitées sera le vecteur de la positive attitude des femmes qui utilisent au jour le jour leurs mésaventures comme booster pour continuer leur chemin en quête de réussite, malgré tout.

Laisser un commentaire

Catégories