Photo soumise par SIROMIEL

SIROMIEL est une nouvelle formation musicale composée uniquement de femmes.

Dofen News a rencontré Samora Julmisse de SIROMIEL, une initiative de la guitariste Choute Sergina Honoré, de la tambourineuse Adjamile Marcelin et la claviériste Samora Julmisse. Cette dernière nous a accordé une interview pour retracer son histoire, qui est intrinsèquement liée avec celui de la création du groupe.

Lumane Casimir, Martha Jean-Claude, Toto Bissainthe, Micheline Dalencourt, Lina Mathon Blanchet,  Yanick Coupet, Yole Dérose, Émeline Michel, Yanick Étienne, Gina Oriol, Carole Démesmin, Guerda Hector, etc. sont tous des noms de femmes qui font partie du panthéon musical haïtien.

Comme le groupe Riské, composé uniquement de femmes, SIROMIEL est la nouvelle initiative de la guitariste Choute Sergina Honoré, de la basiste Myrlande Louis, de la tambourineuse Adjamile Marcelin et de Samora Julmisse, claviériste et maestro du groupe. En effet, ces quatre (4)  musiciennes faisaient partie d’un même groupe musical, Artiz, bien avant de monter leur propre bande, et elles veulent inspirer les femmes à faire de la musique.

Samora Julmisse est une jeune musicienne qui a appris la musique à l’École Nationale des Arts (ENARTS) promotion 2012-2017. Elle a aussi étudié la sociologie à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) en 2009 et actuellement elle fait son travail de mémoire sur la musique Haïtienne. Elle a commencé à jouer sur scène en 2014, elle faisait partie d’une première troupe qui n’était composé que de filles, qui jouait également dans les églises. Cette expérience n’a pas fait long feu. Elle a intégré Artiz en 2015, parce que les membres de la bande avaient besoin d’une pianiste/keybordiste et elles l’ont sollicité pour cela.

Après trois années de collaboration avec Artiz, quelques autres musiciennes et Samora ont décidé de faire leur propre expérience ensemble. Quoiqu’avec Artiz elles avaient de beaux contrats, comme celui d’aller représenter Haïti en Afrique et au Canada. Cependant, administrativement cela ne marchait pas, beaucoup de problèmes de planification, etc. « C’était le chaos total » : décrit Samora. De ce fait, elle a dû faire un retrait de la bande, et cette situation l’a un peu éclairée les yeux sur sa carrière d’artiste et sur ce qu’elle voulait accomplir avec.

De retour du Canada, après l’exécution de ce contrat pour Artiz en août 2018, l’idée d’avoir son propre groupe se faisait de plus en plus insistante. Pour ce faire, elle raconte en évoquant les autres filles de la troupe d’Artiz : « J’ai dû faire une cassure dans ma relation avec elles. Parce que je me suis dit sans cela, je n’allais jamais pouvoir avancer, et j’allais rester attacher à elles. » D’abord quelques semaines pour réfléchir quand elles sont rentrées en Haïti, ensuite elles ont enregistré le groupe à la fin du mois, et finalement commencé à répéter en septembre 2018. SIROMIEL est composé de Samora Julmisse (piano/keyboard), Choute Sergina Honoré (guitare), Myrlande Louis (guitare basse), Aurore Nicole Jeune (batterie), Adjamile Marcelin (percussion), et Éricka Julie Jean Louis (chanteuse).  

Le nom de SIROMIEL pour le groupe, avoue Samora, n’a pas de signification particulière. Elles avaient toute une liste de noms et se sont vu refuser la plupart d’entre eux lorsqu’elles allaient enregistrer le groupe au Ministère des Affaires Sociales et du Travail et le Ministère du Commerce et de l’Industrie. Elles voulaient seulement avoir un nom traditionnel et qui reflète leur identité haïtienne, et SIROMIEL était parfait à leurs yeux. Avec ce nouveau groupe, les filles ont décidé de tout faire de manière différente en essayeant surtout d’apprendre des faiblesses passées, pour construire une base solide avec moins de failles pour leur présent et leur futur.

Beaucoup en voyant l’affiche du groupe et leur photo ensemble pourra penser à Artiz, vu que les quatre (4) musiciennes initiatrices de SIROMIEL y jouaient et ceci la maestro du groupe ne le nie pas. Elles pensent qu’Artiz va peut-être continuer avec les autres filles, même si elles sont au Canada actuellement. Même pour leur challenger, deux groupes musicaux composés uniquement de femmes seraient très intéressants et diversifiera le genre musical en Haïti qui semble être totalement dominé par les hommes. Quant aux projets de SIROMIEL, ils sont nombreux, elles ont une musique qui va sortir après le carnaval 2019. En fait, elles en ont deux et hésitent encore à choisir laquelle elles vont rendre public. Et à la fin de l’année 2019, elles pensent sortir leur premier album.

Le groupe s’inscrit dans la catégorie des musiques caribéennes, particulièrement le konpa. Elles sont grandement influencées par les rythmes créoles également. Ce qui veut dire, préparer vos oreilles à faire la connaissance de nouveaux rythmes et de la bonne musique. Les musiciennes de SIROMIEL ont choisi ce style musical parce qu’elles veulent combler ce gros vide qui existe dans le secteur, compte tenu de la faible présence des femmes qui y font carrière. Elles proposent donc, aux autres jeunes filles qui désirent intégrer la musique Haïtienne de ne pas négliger le Konpa. C’est une tendance comme toutes les autres, et nationale de surcroît. Il est important que les jeunes de cette génération s’investissent plus dedans, afin qu’il grandisse. 

C’est vrai qu’il n’est pas facile pour une femme de faire de la musique en Haïti, partage Samora, il y a beaucoup d’obstacles et de préjugés. Sans oublier la question de la grossesse, ce n’est pas facile pour une femme de jouer, d’aller en tourner pendant et après une grossesse. Déjà que c’est difficile de trouver un contrat, et qu’après en avoir obtenu un après des mois d’inactivité elles tombent enceintes. Elles ne peuvent plus jouer et n’ont pas d’autres activités pour subvenir à leurs besoins. Il y a aussi certains partenaires qui ne sont pas compréhensifs et qui ne supportent pas la femme dans sa carrière d’artiste. Les femmes artistes sont comme toutes les autres femmes, elles font toutes faces aux mêmes problèmes. « Comme, une des musiciennes de SIROMIEL qui vient tout récemment de sortir d’une relation abusive, avec un ex-partenaire violent. Elle a frôlé la mort en étant avec lui, et ceci l’a inspiré l’une des chansons qui sortiront en 2019 » : Samora nous confie.

SIROMIEL a déjà fait sa première apparition sur scène en décembre 2018, dans diverses activités culturelles sur invitation. Chanceux sont ceux qui ont eu la possibilité de les écouter jouer, car vous serez subjugué par leur fougue et leur talent. Elles sont synonymes d’énergie, d’ambiance et surtout ces femmes ont le groove dans le sang ! 

Pour celles et ceux qui veulent rester connecter avec le nouveau groupe, visitez leur page sur les réseaux sociaux, via ses liens : sur Facebook http:// https://www.facebook.com/siromielmusic/ sur Instagram https://www.instagram.com/siromielmusic/ et sur Twitter https://twitter.com/siromielmusic. 

Laisser un commentaire

Catégories