Ariann Jean Baptiste - Photo soumise par Cassandre Trasybule

Ariann Jean Baptiste : une jeune entrepreneure hors pair

Pour lancer un produit, on doit se poser de tas de questions. Du genre, est-ce qu’il y a une demande correspondant au produit ? Combien de concurrents y a t-il sur le marché ? Quel est le public cible ? On doit aussi faire une étude de marché, élaborer un plan marketing. C’est la coordination d’une montagne de paperasse qui aboutira à la création du produit en question. Ces procédés sont ils valables aussi pour une fille de 13 ans ?

Ariann Jean Baptiste est la fille de Cassandre Thrasybule. Une journaliste passée de présentation dont le documentaire « Cassures: Nos Familles entre Haïti et Ailleurs » avait fait un carton l’année dernière dans le pays et  à l’internationale. Mère de trois (3) filles (Ariann, Vladjann, et Nia), elles vivent toutes à New York aux Etats-Unis. 


Ce 5 juin, Cassandre Thrasybule a posté, sur le mur de sa page, une photo qui a attiré l’attention de plus d’un. Dans ce post, accompagné d’une photo d’Ariann et une photo prise sous différents angles, on peut lire « Je suis une mère fière qui présente Ari’s Scrubs, un exfoliant pour les mains fabriqué par ma fille Ariann Jean-Baptiste ». 


Dans le souci de trouver des réponses aux questions que vous vous posez, on a pu parler à la personne qu’il faut. Si on a l’habitude de dire « Derrière chaque grand homme, il y a une femme », on peut tout aussi dire « Derrière chaque merveilleuse et entrepreneure fillette, il y a, dans le cas d’Ariann, une maman ». 


Dofen News :Qui est Ariann Jean Baptiste ? A t-elle toujours eu des aptitudes d’entrepreneures ?

Cassandre Thrasybule Ariann vient tout juste d’avoir 13 ans. Elle a toujours démontré un esprit créatif et aussi un caractère indépendant. Elle est celle qui essaie toujours de cacher les gaffes de ses autres sœurs (rires).

D.N : On suppose qu’elle vous a parlé de son projet, quel a été votre première impression ? 

C.T Comme je l’ai dit, Ariann esttrèsindépendanteet engénéral, elle ne demande pas l’avis des autres lorsqu’elle entreprend ses projets. Une attitude qui lui a causé des problèmes dans le passé.  Cette fois, Je l’ai juste vu en train de concocter ses produits à plusieurs reprises. Je lui ai demandé : que fais-tu ? Elle a justeréponduqu’elle faisait des mélanges pour sa peau qui est sèche.


D.N : D’où lui est venu l’idée de créer cet exfoliant ?

C.T : Elle souffred’eczéma, de peau sèche. L’idéeest venue de lanécessitéde soigner sa peau. C’était uneexpériencefaite pour son utilisation personnelle, pas du toutàbut lucratif.  Mais ayant été tellement satisfaite de laqualitédu produit et ayantréalisésonefficacitéetaprèsl’avoiressayé, je lui aisuggéréde le commercialiser et elle est venue avec le nom Ari’s Scrub.


D.N : Est-elle consciente de l’ampleur que peut prendre la situation ?

C.T : (Rires) Mais pas du tout.  Et elle pense que je suis folle à vouloir pousser le produit, à l’encourager à le commercialiser.


D.N :Ari’s Scrubs est faitàbase de quel produit?

C.T : Tout est 100% organique. Sucre roux, sucre de canne brut organique, huile de coco, huile palma christie, huile essentielle d’arbre à thé.


D.N : Le produit est-il destiné à un public ayant une tranche d’âge bien précis ?

C.T : Non, il estunisexeet estadaptéàtous lesâges.


D.N : Est-il déjà commercialisé. Si oui, quel a été la réaction des utilisateurs ?

C.T : Apartirde cevendredi 8 juin, Ari’s Scrubs serasur le marchéviasa pageFacebooket viaInstagram.Cependant,plusieurs personnes l’ont essayéetont expriméleur satisfactionetellesencouragentvivement sa commercialisation.


D.N : Ari’s Scrubs est aux Etats-Unis, quel sera le processus de livraison quand vous aurez une commande venantD’Haïti par exemple?

C.T :.Nous aurons unereprésentanteen Haïti, Angie Jean-Bart, nous commencerons la livraison avec unminimumde 10 commandes.Aux Etats-Unis, la livraison se fera par la poste.


D.N :A-t-elle reçu une quelconque aide financière pour matérialiser son projet ?

C.T : L’aide de manman (sourire).


D.N :En tant que parent, quels sont vos sentiments face à cette nouvelle facette de la vie de votre fille ?C.T : M’ap suive (rires).  Je suis contente de voir qu’elle utilise à bon escient ce don qu’elle ade travaillersesméninges,de se servir desesmains,pour créer et surtout contribuer.


D.N :Dans le postsur votre page facebook, vous avez mentionné qu’un dollars sera versé à une institution. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

C.T : Projet St Anne, mis sur pied par Naika Charles d’Haïtiet des amis à elle depuis 2008 pour supporter des enfants à Camp  Perrin.  Je suis imbuedes activités de ce groupe et Ariann,qui croit dans l’éducationet est une enfant qui a un faible pour des enfants en situation difficile,adécidéde supporter le projet St Anne.  Unefaçonàelle de contribuer et d’essayer d’aider l’humanité


D.N :Après tout ça, quel sera la suite ?

C.T : (Soupire) Le Bon Dieu décidera, il est au contrôle.  Moi je fais ce que je peux, je continue à être une mère qui encadre sa fille et essaie de la pointer dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Catégories