© %author%

Bay timoun yo lanmen, un programme réussi pour l’Organisation des Femmes Engagées pour la Promotion et la Défense des Droits Humains

Dans l’objectif de contribuer à l’épanouissement des enfants victimes du séisme du 14 août dans le sud, l’Organisation des Femmes Engagées pour la Promotion et la Défense des Droits Humains (OFEPDDH) a clôturé en beauté hier dimanche, leur programme d’assistance élaboré à l’endroit de ces derniers.Durant un mois, ils ont appris à faire de la broderie, du macramé et ont eu des cours de danse, de musique etc.

La responsable de communication de l’organisation, Marie Danielle Pierre Louis Rubin a donné des détails sur l’activité. « Bay timoun lanmen a été élaboré et réalisé pour ces enfants qui vivent dans les différents camps comme: Terrain Gabions, Mormon, Marabout et Jean Paul. Ils ont appris la broderie, le macramé, la peinture, le dessin, la danse et la musique durant un mois », a t-elle expliqué.

Elle a ajouté que, « ces enfants traumatisés par le tremblement de terre ont également bénéficié des suivis psychologiques, des formations sur les droits de l’enfant, la Covid-19 et la violence ».

Hier dimanche, a eu lieu la cérémonie de remise des certificats. Selon la coordonnatrice sud de POFHAD, les jeunes récipiendaires ont vu présenter et exposer leurs œuvres aux yeux du public. Et c’est avec le cœur joyeux qu’ils ont reçu leur certificat. « 350 enfants ont bénéficié des cadeaux de la POFHAD, partenaire de l’Ambassade de Taiwain. Chants, danses, sketches, des prestations sur les droits de l’enfant ont été au menu de la programmation », a rapporté Madame Rubin.

L’OFEPDDH est une organisation à but non lucratif qui a pris naissance en 2017, quelques mois après l’ouragan Matthew et qui évolue dans la ville des Cayes. Elle a pour mission de promouvoir et défendre les droits humains.

« Avec notre slogan, « l’humain d’abord », notre plus grande ambition est de contribuer à l’épanouissement humain. De devenir une organisation de femmes modèles dans le département du Sud et une référence, continuer à former jeunes femmes et enfants. Et de toujours lutter pour prouver l’excellence », a affirmé l’ancienne secrétaire de la CCFEH.

Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories