© %author%

Carina Jean : une mécanicienne dans l’âme

Ce vendredi 18 juin 2021, la mécanicienne Carina Jean nous a rendu visite. Femme travailleuse et dynamique, elle a osé défier tout stéréotype en faisant la profession de ses rêves. Elle a fait des études en mécanique, est devenue garagiste et travaille actuellement en tant que formatrice dans des écoles professionnelles. Ci-après, découvrez le parcours professionnel de Carina Jean.

Carina Jean benjamine d’une famille de sept enfants, dont 4 garçons, tous des garagistes. Elle a grandi dans une ambiance où elle participait normalement à l’entretien des véhicules dans le garage familial. Ainsi, s’est développée en elle une passion pour cette profession technique. Elle a par la suite étudié la mécanique d’ajustage à l’École JB Damien de 2001 à 2004, et la mécanique auto-diesel de 2005 à 2008. Présentement elle est formatrice en mécanique auto dans des écoles professionnelles de la Capitale.

« Toute jeune, cette passion pour les métiers techniques me hantait, pendant mon adolescence l’un de mes frères m’a conseillée de faire des études en mécanique », a-t-elle fait savoir.

Dans ce secteur où les femmes ne sont pas nombreuses en Haïti, Carina avoue avoir réussi à tirer son épingle du jeu : « A mes débuts, mon métier a étonné beaucoup de gens et a suscité plus de curiosité que de dégouts, certains voulaient juste évaluer ma capacité à faire ce métier qui traditionnellement se fait par les hommes.»

La mère d’une fille de neuf ans, la technicienne admet que ses débuts étaient plutôt difficiles.

« Il y a vingt ans on hésitait à embaucher une femme mécanicienne », a-t-elle déclaré. Elle reconnait que les choses ont un peu évolué et croit avoir aidé d’une certaine manière à combattre les préjugés. Carina se réjouit de n’avoir jamais abandonné ni changer de métier. Elle estime que c’est une réussite le fait pour elle de poursuivre cette activité aujourd’hui encore comme gagne-pain.

Ancienne employée d’Abeille Auto, elle a une très bonne expérience dans la réparation des véhicules européens. Mais, elle fait surtout de l’entretien pour les japonais et américains. La passionnée d’automobile ne travaille presque pas dans les garages certes, mais jouit de sa passion en formant d’autres générations. Elle confie être très heureuse de partager ses connaissances avec d’autres. « Depuis huit ans, je travaille comme formatrice dans des écoles professionnelles de la région métropolitaine de l’Ouest, il arrive que sur demande de mes clients je donne des services à domicile. Ma réussite dans le domaine, je la vois aussi en regardant le progrès de mes anciens étudiants qui de surcroît me dépassent», a-t-elle affirmé.

Elle conseille aux jeunes filles désireuses d’entreprendre ce métier ou n’importe quels autres métiers techniques de le faire sans hésiter.

« Si une jeune femme veut être autonome, les métiers techniques seraient le meilleur choix pour y arriver. Surtout ne vous laissez pas intimider par les obstacles, faites ce que vous devez et ce que vous aimez », a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire

Catégories