© %author%

Lucinda Cassagnol Laguerre, une visionnaire avec plusieurs cordes à son arc

Lucinda Cassagnol Laguerre a été surprise d’apprendre sa nomination à l’édition 2022 de « Femme au Tribunal de l’Histoire »en tant que modèle de leadership féminin. Pour elle, « L’heure est venue pour les femmes haïtiennes de prendre leur destin en main, d’oser, car elles ont la compétence et le savoir-faire ». C’est en allaitant son bébé d’à peine quelques semaines que la maman héroïne a répondu aux messages et appels de Dofen News. Lisez ci-après son parcours qui sans doute influencera les plus jeunes.

Cette fille de Carrefour est venue au monde le 14 mai 1982 d’un père dont le nom est Lucien Cassagnol, originaire du Plateau central et de sa mère Velonise Damus originaire elle, du Sud-est. Avec son père, Lucinda avoue sans vouloir faire jalouser sa mère, avoir une très grande complicité, comme on le dit chez nous  » pitit fi se pitit  papa ». Cet amour sans faille qu’elle porte à ses parents elle le ressent aujourd’hui d’une toute autre manière, à dix-huit ans de mariage, elle et son mari après avoir longtemps espéré une fille, l’ont finalement eue après leur quatre garçons.

Déterminée et très à cheval sur les principes, Lucinda croit aux études. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui elle a plusieurs cordes à son arc, elle admet toutefois qu’en tout premier lieu étudier la médecine était pour elle son plus grand rêve, après trois échecs aux examens d’entrée, elle s’orienta vers les sciences de l’éducation
option Sciences Sociales à l’Université Adventiste d’Haïti.
Elle a également étudié les technologies médicales à l’IPAMET, l’assistance administrative au Centre professionnel de Jeunes filles, la comptabilité à l’école de commerce André Laroche, le journalisme multimédia à l’ISNAC.

Avec le support et l’aide de personnes bienveillantes dans sa vie, parmi lesquelles son époux, elle travaille sur plusieurs fronts à la fois. Elle a pendant un certain temps été présidente de la société civile de Carrefour et du comité communal de la vie assiociative. Actuellement, elle est professeure de sciences sociales au niveau du secondaire dans plusieurs écoles privées dans sa ville natale. Une profession qu’elle adore, elle indique que le courant entre ses élèves et elle passe très bien et qu’elle forme une famille unie avec ces derniers. Elle est la directrice et  fondatrice d’une école classique et d’un centre de formation professionnelle. Elle dirige une clinique communautaire bucco-dentaire. Elle est journaliste et analyste politique, et espère un jour occuper les plus hautes fonctions de l’État. Elle pense que pour pallier à certaines dérives auxquelles fait face le pays, il importe de rappeler que diriger c’est prévoir, prévoir c’est planifier et pour planifier il faut de la compétence. Une fois que l’on en tiendra compte de ces éléments on aura que des personnes compétentes au sommet de l’État.

Mme Laguerre est aussi une entrepreneure, CEO de Luca Store Maison de Beauté qui compte deux succursales. L’une à Carrefour et l’autre à Bainet. On y trouve des produits cosmétiques, pharmaceutiques des vêtements… Elle affirme qu’il n’a pas été facile de mettre sur pied cette entreprise et que c’est grâce à son sens de dynamisme et de perséverance qu’elle a réussi à le faire. Quoique de nos jours l’insécurité et les difficultés socio -économiques du pays aient un peu fait fuir les clients, mais il y a toujours de l’espoir selon elle.
Outre son business, elle fait aussi du social.
Ainsi, elle est la présidente de la Coalition antidrogue de Carrefour, coordonnatrice générale du Mouvman Fanm Vizyonè Dayiti ( MOFAVIDA ) avec une succursale à Bainet et une autre à Jacmel. Et pour finir ce parcours ô combien inspirant, elle est la Secrétaire générale du collectif des micros et moyennes entreprises de Carrefour.

Grande visionnaire, elle ne mâche pas les mots quand il faut dire la vérité sur l’état actuel du pays. En tant qu’analyste politique elle croit dur comme fer que la politique peut encore changer le pays, et pour que les dérives du passé ne se perpétuent il faut impérativement la reconstruction de l’être Haïtien par l’éducation. Pour ce, il nous faudra une nouvelle classe politique composée d’hommes et de femmes avec une vision claire de son aveu.

Très reconnaissante, Lucinda Cassagnol  Laguerre a tenu en dernier lieu à remercier son époux le Dr Toussaint Laguerre pour son support incommensurable, l’équipe de Dofen News, le comité de Femme au Tribunal de l’histoire.

Fabiola Carmel Wellington

Plus de publications

Laisser un commentaire

Catégories