© %author%

Photo soumise par ONU Femmes

ONU Femmes s’engage à réduire le taux de détention préventive à la Prison Civile de Femmes de Cabaret

Le bureau de ONU Femmes en Haïti, en collaboration avec la Direction de l’Administration Pénitentiaires (DAP), a lancé, ce 17 août, le projet « Accès à la justice et appui pluridisciplinaire aux femmes/filles victimes de détention préventive prolongée ou arbitraire ».

Un projet dont l’objectif principal est de contribuer à la réduction du taux de détention préventive prolongée ou arbitraire et à la réintégration des femmes de la prison civile de Cabaret.

Actuellement, 258 femmes sont détenues à la Prison Civile de femmes de Cabaret dont 217 en détention préventive prolongée c’est-à-dire incarcérer avant un procès. Pour lutter contre ce phénomène, ONU Femmes, DAP et MINIJUSTH compte, par le biais du projet, poser des actions qui mèneront à réduire l’impact humain de la détention préventive prolongée notamment sur certaines de ces femmes qui sont enfermées depuis environ  5, 8, voir même 10 ans.

Le projet « Accès à la justice et appui pluridisciplinaire aux femmes/filles victimes de détention préventive prolongée ou arbitraire » est financé par la MINUJUSTH. Ce dernier veut, tout au long de son mandat, contribuer à l’intégration du genre comme une question transversale.

Selon un communiqué de presse conjoint de la DAP et de l’ONU Femmes, le projet ouvre une nouvelle page d’espoir pour les femmes en détention préventive prolongée de la prison de cabaret et prépare la voie à un soutien futur de qualité aux femmes qui sont dans d’autres lieux de détention pour le bien de toute la société haïtienne. Il vise également a entamé un processus d’accompagnement psycho-social et d’orientation professionnelle pour les détenues. Toutefois, selon le communiqué, le projet en question n’a pas pour but de libérer toutes ces femmes, mais de leur permettre d’accéder à leurs droits.

Pour la Représentante de ONU Femmes en Haïti, Mme Ekoue Dede, ce projet apportera de l’espoir à ces femmes grâce à des points biens spécifiques. Selon elle, il est, entre autres, focalisé sur les besoins spécifiques des femmes et des filles en DDP et vise au renforcement des partenariats pour l’action entre les différents acteurs de la chaîne pénale.    

Présente en Haïti depuis 2010, ONU Femmes, institution des Nations Unies chargée de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, travaille en partenariat avec la société civile et les autorités haïtiennes dans différents domaines particulièrement sur l’autonomisation économique, la lutte contre la violence faites aux femmes et aux filles et le leadership féminin.

Laisser un commentaire

Catégories