© %author%

Paralympiques Tokyo : la plus jeune athlète de la compétition fait un plaidoyer pour les enfants handicapés

L’Ougandaise Husna Kukundakuwe est la plus jeune nageuse des Jeux paralympiques de Tokyo. Âgée de 14 ans, elle milite pour changer la perception de l’handicap en Afrique. Elle a confié qu’en Ouganda les enfants nés avec un handicap sont généralement marginalisés ou abandonnés par leurs parents.

La jeune sportive est née sans avant bras droit avec un handicap à la main gauche également. À l’école, elle portait souvent de gros vêtements pour cacher ses infirmités. Néanmoins de nature timide, la natation va l’aider à vaincre ses peurs et être fière de son physique.

Ainsi elle croit que le sport peut apporter beaucoup de choses aux enfants handicapés, comme « renforcer leur confiance en soi » et « leur donner une chance » pour plus tard dans leur vie. « L’Afrique apprend généralement que les personnes handicapées sont des gens ordinaires et qu’elles doivent faire ce qu’elles veulent », a-t-elle déclaré.

L’adolescente n’a pas pu arriver ce jeudi à la finale du 100 m brasse (classe SB8). Elle a terminé en sixième position dans cette catégorie. La jeune athlète qui est impatiente d’être à Paris en 2024 pour les prochains Jeux Paralympiques, a dit se servir de ce résultat défavorable pour progesser. « Cela montre mes progrès et je veux continuer à progresser jusqu’à ce que je puisse gagner une médaille », a-t-elle affirmé.

Laisser un commentaire

Catégories