© %author%

Source photo : page facebook Pascale Solages

Pascale Solages : une figure de la nouvelle génération de féministes en Haïti

De la lutte pour la libération de l’esclavage en passant par les divers combats pour le respect de leurs droits; les femmes haïtiennes n’ont jamais baissé les bras. Bien qu’elles aient remporté d’importantes victoires. La lutte pour le respect et la protection des droits de la femme reste ponctuelle et pertinente. “Nègès Mawon’’ est une organisation féministe, qui lutte pour l’émancipation de la femme en Haïti. On a eu la chance de rencontrer une des figures de proue de cette organisation.

Elle est de loin la jeune femme ordinaire qui se contente d’être belle et de se faire caser. C’est une révélation pour la gente féminine haïtienne. Elle est jeune. Elle est belle.  Elle a les yeux pleins de fierté et est d’une simplicité à nulle autre pareil. Elle est une femme, non comme celles qui subissent silencieusement les abus d’une société machiste. Elle est de celles qui osent lever la voix et dire non. Elle est une militante féministe. Elle, c’est Pascale Solages.


Journaliste, entrepreneure, coordonnatrice générale de “Nègès Mawon’’. Pascale a la tête bien faite. Née à Port-au-Prince, elle a comme toutes les filles du pays connu les affres d’une société qui ne ménage pas les femmes. Elle était encore très jeune lorsqu’elle intègre la fondation Toya, une institution qui travaille sur la problématique du genre en Haïti. Là elle a commencé à réfléchir sur sa condition en tant que femme dans une telle société. Des expériences malheureuses renforcées par des études en genre et développement, lui ont fait sentir la nécessité de se prendre en main. Ainsi s’est-elle engagée dans cette lutte pour le respect et la protection des droits de la femme. “mwen vin mete tèt mwen an kesyon nan jan m’ap viv la e sou rega ke sosyete map viv la gen sou mwen. E m vin rann mwen kont ke gen yon bagay ki pa nòmal, gen yon bagay kem sipoze revandike” nous a- t- elle confié.


De cette prise de conscience s’est dégagée, une raison de se battre pour changer les choses qu’elle n’ose nier. “Mwen vin konprann kem pa ka ap viv konsa, nan yon sosyete kap tretem konsa san kem pa feminis. Pou mwen li te vin enposib. Se swa m te konsyan de sa ki ap pase yo, oswa m te fè kòm si m pat wè, menm jan ak anpil moun. Se swa sim metem fas a mwen menm e fas ak sosyete a e kem onèt ak tèt mwen. M’ sipoze feminis’’.


Entre temps elle a fait du chemin. En 2015, pascale fonde l’organisation féministe “Nègès Mawon’’. Dès sa création, l’organisation s’est distinguée des autres à travers ses approches. Et, a lancé le premier festival féministe haïtien “Festival Nègès Mawon’’.  En effet, depuis trois ans, une semaine d’activité est organisée chaque année autour d’un thème spécifique, qui dénonce le système patriarcal et ses dérives. Cette année “Rèv boukannen’’, qui est le thème retenu, lève le voile sur la réalité des femmes qui évoluent dans le secteur informel, et qui très souvent sont victimes et perdent leurs marchandises dans les flammes criminelles qui incendient les marchés. “Pou nou menm se boukannen lavi moun, lè yap plede boule mache… se yon bagay ki apovri fanm… se vre se machandiz fanm lan kew boule, men machandiz la vle di yon pil bagay, machandiz la se avni pitit li, machandiz li se kay li ki komanse konstwi a, machandiz la se yon bagay li te vle achte pou tèt li… e pou nou menm se de rèv se de pwojè fanm sa yo ap pote ke ou mete dife ladanl.’’


Ce festival est une façon de questionner le système par rapport aux fonctionnements de ces femmes. Et, elle espère atteindre ses buts qui est de porter les gens à réfléchir, agir, pour changer le statut quo.  S’estimant heureuse héritière de la lutte, Pascale croit qu’il y a encore des raisons de faire avancer ce combat et remercie ces femmes qui ont su tracer le chemin. Aujourd’hui, bien plus qu’un nom, ‘“Nègès Mawon’’ est une représentation, un hommage à toutes les femmes qui ont lutté pour l’indépendance du pays; un remerciement  à toutes celles qui se sont battues et qui continuent de le faire pour le respect et la protection des droits de la femme en Haïti.


Des rêves, Pascale en a pleins mais ce qu’elle souhaite par-dessus tout c’est que la lutte pour le respect des droits de la femme soit effective, tangible. Que la situation de la femme haïtienne, change, que plus de femmes s’impliquent dans la politique. Que les droits de la femme, peut importe sa provenance ne soient plus une question, ou une condition. Mais que le droit de la femme, le droit de toutes les femmes sonne comme une évidence, et soit effective. 
Dans l’attente de l’accomplissement de ce rêve, elle invite le public en général à prendre part au festival, qui se tiendra du 24 au 29 septembre 2018.

Et s’adresse aux femmes haïtiennes en ces termes: “Tout moun se moun. Pa gen moun ki pi moun, oubyen ki mwens moun pase yon moun, akoz de sèks li, akoz li se yon fanm, li se yon tifi. Tout moun gen menm dwa, tout moun gen menm devwa pou yo ranpli nan sosyete a, tout sipoze gen menm opòtinite. Tout moun sipoze gen menm chans. M’ap di chak grenn fanm, chak grenn tifi, pa gen okenn moun ki vo plis pasel. Pèsonn e lèm di pèsonn, se pa pou gason sèlman. Saw vo a pa gen pèsonn ki vol plis pasew. Ou pa sipoze aksepte anyen ki diminye nan imanitew, ki diminye nan mounitew. Ou pa sipoze aksepte anyen ki diminyew nan esans ou, nan saw ye. Ke nan zak fizik, ke nan sak vèbal, ke se nan jan yo tretew, nan sa yo di kew ye. Pa gen anyen ki sipoze diminye w. paske kotew soti an, se pa tout moun ki soti la, e kotew prale a se pa tout moun ki pral la, pandan pasaj ou a pa kite ankenn nèg diminyew’’.

Laisser un commentaire

Catégories