© %author%

Crédit photo Dofen News

Rédemption : Des travailleuses de la rue embrassent un métier manuel

La cérémonie de graduation de la première promotion de femmes techniciennes de l’Asosyasyon Fanm Kore Fanm (AFKF) baptisée « Rédemption » a eu lieu ce 23 août à l’hôtel Karibe en présence de plusieurs personnalités politiques notamment la Sénatrice Dieudonne Luma Etienne, l’ancienne Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes Eunide Innocent et l’ex-Ministre du Commerce Danielle Saint-Lot.

Au cours de cette célébration, plus de soixante-dix (70) femmes ont reçu leurs parchemins de diplômes en arts culinaires, couture, cosmétologie et protocole.

Avec une arche de ballons placée en guise de décoration dans le couloir à côté de la salle où la graduation est célébrée, le décor était déjà bien planté pour célébrer l’évènement. C’est sous le son de la célèbre chanson « En l’an 2001 » de Pierre Bachelet que les soixante-seize (76) graduées, de catégories d’âges différentes, de la promotion 2017-2019 du Centre Culturel Fanm Kore Fanmi, revêtues de leur toge et en avançant au pas cadencé, sont entrées dans la salle de graduation. Le sourire, l’émotion et la fierté du devoir accompli sur le visage de ces femmes qui auparavant étaient des marginalisées, des rebuts de la société ou encore des femmes de trottoir étaient plus qu’évident.

La Directrice pédagogique de l’AFKF Marie Flore François qui ne pouvait pas contenir ses larmes s’est dit être honorée et fière d’avoir contribué à la formation professionnelle de toutes ces femmes. Une formation qui selon elle leur permettra d’être autonome financièrement et par la même occasion d’avoir le respect de leur entourage. Dans ses propos de bienvenue, la Sénatrice Dieudonne Luma Etienne a d’abord félicité les membres de l’AFKF qui ont initié ce programme de réinsertion sociale implanté au Centre Culturel Fanm Kore Fanmi ainsi que les graduées qui ont tenu le coup et ce jusqu’au bout durant ces deux (2) années de formation.

La femme politique toujours aussi élégante, souriante et pleine d’humour a chamboulé le protocole, tout en s’excusant, en demandant à faire un selfie avec les récipiendaires. Cette photo est sa façon de féliciter ces femmes qui ont décidé de se relever et de changer leur vie en prenant le chemin de la rédemption intellectuelle.

La Marraine de la promotion, Sophia Martelly, qui s’est dit enchantée d’avoir été choisie comme marraine a, de son côté, remercié les graduées qui lui ont donné la possibilité de poursuivre la mission qu’elle et son mari avait en tête en créant en 1995 la Fondation Rose et Blanc qui est de supporter des personnes dans le besoin, les aider à prendre leur vie en main dans la dignité et dans le respect. L’ancienne Première Dame conseille à ses filleules d’être fortes, de toujours continuer à avancer et à travailler même quand elles auront tous les obstacles du monde face à elles.

Par ailleurs, l’une des graduées qui a parlé au nom de toutes ces collègues a promis de toujours continuer à travailler et de faire beaucoup d’effort pour supporter d’autres femmes comme elle dans la dignité, le respect et la compréhension tout en remerciant toutes les personnes notamment les membres de l’AFKF qui leur ont permis de changer de cap.

La Présidente de l’Association Sabine Martelly qui a représenté l’institution au début du mois à l’Assemblée annuelle des jeunes leaders du monde aux Nations Unies a quant à elle renouvelé tous les remerciements qui ont été formulé tout au long de la cérémonie plus particulièrement en honorant les professeurs du centre sans qui les cours n’auront pas pu être dispensés.

D’autres personnes ont également été récompensées pour leurs supports dont la Marraine de la promotion Sophia Martelly, la Directrice pédagogique MarIe FLore François, Cassandre Mehu, la Pasteure Shelley Stephenson et le feu Jim Pétiote, époux de Sabine Martelly. Parmi les soixante-seize (76) graduées, il y a eu trois (3) lauréates dans chacune des disciplines. Pour récompenser ces dernières, Sophia Martelly au nom de la Fondation Rose et Blanc a remis une enveloppe à chacune d’elle. Selon ces dires, ce qu’il y a dedans leur aidera à commencer à monter leur propre affaire.

Selon Marie Flore François, aller à la recherche de ces femmes dans les rues n’a pas été facile. Il a fallu que les membres de l’AFKF s’aventurent dans les espaces où elles gagnaient leur vie en pleine nuit pour les inviter à intégrer le programme de l’AFKF.

Ces femmes qui ont désormais adopté un nouveau statut proviennent des dix (10) départements de pays. Certaines d’entre elles qui faisaient partie d’un défilé étaient fières de caresser leurs ventres ronds tout en arpentant la scène question de démontrer que toutes les femmes, peu importe leur provenance, doivent être heureuses de porter un petit être en elles.

Laisser un commentaire

Catégories