© %author%

Sarah Chan « On m’a soufflé sur le visage pour la couleur de ma peau »

La carrière de la dépisteuse de basket-ball Sarah Chan l’a menée partout dans le monde, du Soudan au Kenya, en Europe et aux États-Unis – mais elle a dû faire face à la guerre, au racisme et à la violence sexiste en cours de route.

Sarah Chan

« On m’a soufflé sur le visage pour la couleur de ma peau, j’ai vécu le racisme à son meilleur. », dit l’ancienne joueuse de basket professionnel

Maintenant, la première femme à diriger le scoutisme africain pour une équipe de la NBA – la meilleure ligue professionnelle de basket-ball au monde – Mme Chan inspire une nouvelle génération de jeunes à chercher des opportunités dans le sport. « Le basket-ball a illuminé mon chemin jusqu’à où je suis aujourd’hui. C’est tout », déclare Mme Chan, qui figure dans la liste des femmes inspirantes et influentes de BBC 100 Women cette année.

Elle et sa famille ont vécu à Khartoum pendant la deuxième guerre civile soudanaise. Il y a eu plusieurs tentatives d’arrestation de son père et elle se rappelle avoir souvent été réveillée la nuit par des bruits à l’extérieur de leur maison, ils ont fini par fuir, espérant trouver une vie plus sûre et une meilleure éducation au Kenya. « C’était le premier endroit où nous pouvions réellement jouir du droit de faire du sport, parce qu’au Soudan [faire] du sport et voir une fille ou une femme en short était un tabou », dit Mme Chan.

Sarah Chan est recruteuse pour les Raptors de Toronto, l’une des équipes de la NBA

C’est là que sa passion pour le basket allait émerger. Elle se souvient d’une conversation qui l’a amenée avec sa sœur à pratiquer le sport pour la première fois. « Je me souviens d’avoir été l’une des plus grands élèves du Kenya, et notre directeur nous a demandé si nous pouvions jouer, et à l’époque, honnêtement, mon esprit n’était pas là. Et donc j’ai dit, avec tout le respect que je vous dois, je ne voulais pas m’inscrire – et à cause de cela, il a immédiatement rendu le sport obligatoire».

Après des années de formation, elle a obtenu une bourse de basketball de premier cycle de quatre ans à l’Union University, à Jackson, dans le Tennessee, aux États-Unis. Au cours d’une carrière de 14 ans, elle a participé à des compétitions professionnelles en Europe et en Afrique. « Grâce au basket-ball, vous touchez tant de cœurs. Le basket-ball change des vies, » dit-elle.

Mme Chan – ici à gauche, avec la chemise numéro 33 – a découvert sa passion pour le basket-ball au Kenya

Mais Mme Chan a également rencontré le racisme dans le sport – y compris un incident qui, selon elle, s’est produit lorsqu’elle s’est rendue en Alger, avec ses coéquipiers, et a été crachée au visage par un homme « Sans le fondement de ce que ma famille m’a inculqué, je n’aurais pas pu résister à tout cela », dit-elle. « Juste avant de quitter la maison, mon père et ma mère m’ont dit, ‘Tu es belle comme tu es.' »

Sarah (deuxième à partir de la droite) attribue sa réussite à un solide système de soutien de sa famille

Lors de son premier voyage au Soudan du Sud en 2012, Mme Chan a été témoin d’injustices contre les femmes, y compris des mariages précoces et forcés. « À l’âge de 18 ans, on s’attend à ce que vous commenciez à chercher un partenaire », dit-elle. Les filles sont forcées de choisir de rester à l’école « ou d’obtenir un soulagement financier de l’homme que la famille pourrait choisir pour vous », explique-t-elle.

J’ai pleuré bien trop longtemps.

J’en suis arrivé au point où j’en avais assez de pleurer et j’avais besoin de savoir ce que je pouvais faire pour contribuer à faire les choses bien. » C’est ainsi que Mme Chan a lancé la Home At Home/Apediet Foundation, une association de mentorat pour lutter contre le mariage des enfants et défendre l’éducation et le sport, elle se souvient d’une fois où elle regardait un match quand une fille est venue s’asseoir à côté d’elle sur le banc. « Elle n’était même pas une joueuse de basket-ball, elle était juste un enfant au hasard qui est venu sur le terrain et a commencé à s’ouvrir à moi et m’a raconté une histoire déchirante de comment elle avait été violée la veille, » dit-elle. « Et ça m’a vraiment démonté parce que j’ai eu mes propres expériences traumatisantes avec le viol. Et ça a pris beaucoup de temps pour guérir. « Au début, j’étais dans le déni – [je pensais] qu’un tel traumatisme et un tel viol n’arrivaient pas aux filles de six pieds deux pouces. Puis la colère, puis le chagrin, et cela vous fait vous sentir sans valeur, impuissant et amer. », Pour elle, la guérison est venue de faire « l’une des choses les plus difficiles » et de pardonner à l’auteur – et aussi de son travail avec la fondation.

« Je viens de la pauvreté et nous avons compris, » dit-elle.

« Ces enfants n’ont besoin d’une occasion que parce qu’ils sont très doués, intelligents et capables, Quelqu’un m’a aidé à faire du sport, et sans eux, je ne serais pas où je suis aujourd’hui. »

Sarah Chan prend le mentorat au sérieux pour aider les filles à réaliser leurs rêves

Bien qu’elle soit un sport dominé par les hommes, Mme Chan pense que le potentiel du basketball féminin sur le continent est prometteur. « Le sport est l’avenir de l’Afrique. C’est l’arme de l’Afrique, surtout pour les filles », dit-elle. Elle prend son travail de mentor au sérieux, dit-elle, « parce que les gens ont vu en moi des choses que je n’avais pas déjà vues ».

C’est grâce à l’entraînement qu’elle a décroché son rôle avec les Raptors de Toronto, après qu’un cadre de la NBA l’a repérée travaillant dans un camp de basket-ball au Kenya. Maintenant employée par l’équipe, qui a été fondée en 1995 dans le cadre de l’expansion de la NBA au Canada, c’est le travail de Mme Chan de repérer les talents émergents – tant masculins que féminins – pour soutenir le développement des joueurs et créer un pipeline pour leur ouvrir des possibilités de basketball en Amérique du Nord. Elle s’est récemment rendue en Ouganda et en Tanzanie pour choisir des joueurs pour un tournoi majeur au Rwanda l’année prochaine. « C’est mon espoir que le ballon arrive au point où il y a une WBAL, une ligue africaine de basket-ball féminin, » dit-elle.

« C’est mon rêve pour ces filles, qu’elles ne sont pas limitées par la culture, elles ne sont pas limitées par aucune pensée. Elles sont libres et libérées dans leur esprit, et peuvent poursuivre leurs rêves en tant qu’êtres humains, sans être limitées par tel ou tel sexe. »

Plus de publications

Laisser un commentaire

Catégories