© %author%

Source photo google search

Six (6) haïtiennes parmi les 12 femmes noires qui changent le Québec

Ce 30 janvier, le magazine québécois « Châtelaine » a publié une liste où il présente douze (12) femmes de couleur qui marquent le Québec. Six (6) d’entre elles sont soit haïtiennes de naissance ou soit d’origine.

Chacune de ces femmes ont apporté, à leur façon, leur grain de sel dans l’évolution du Québec. C’est ce qu’a voulu démontrer « Châtelaine » en les présentant. Qu’elles soient québécoises ou haïtiennes, elles y ont joué un rôle clé et font désormais partie de l’histoire. Voyons ensemble de plus prêt qui elles sont.

• Fabienne Colas

Fabienne Colas est une actrice et femme d’affaires très engagée dans la promotion de la diversité culturelle au Québec. Immigrée d’Haïti en 2003, elle a lancé plusieurs initiatives, dont le Festival international du film black de Montréal qui fêtera en 2019 sa 15e édition. En 2018, elle a rejoint le club sélect des 40 Canadiens de moins de 40 ans les plus performants, un prix fondé par la firme de recrutement de cadres Caldwell Partners qui souligne l’esprit d’entreprenariat de jeunes leaders. 

• Régine Laurent 

Infirmière pendant 35 ans, Régine Laurent a milité pour la défense des conditions de travail de travailleurs de la santé de 2009 à 2017 en tant que présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). À sa retraite, elle s’est jointe à l’équipe de commentateurs politiques de La Joute à TVA, où elle a l’occasion de s’exprimer sur plusieurs sujets d’actualité.

• Jenny Salgado, alias J. Kyll

La chanteuse et rappeuse d’origine haïtienne est la toute première MC du hip-hop québécois. S’étant fait connaître avec le groupe Muzion à la fin des années 1990, elle lance en 2011 son premier album solo. Depuis, elle multiplie les collaborations avec d’autres artistes – comme Diane Dufresne ou Wyclef Jean – et ses mots se font entendre à travers toute la francophonie. 

• Yolande James

Députée pour le Parti libéral du Québec de 2004 à 2014, Yolande James est la toute première femme noire à occuper un poste de ministre au Québec, quand Jean Charest lui confie l’Immigration et les Communautés culturelles. Elle est maintenant commentatrice politique à ICI Radio-Canada Télé et fait partie des quelques femmes noires que l’on peut entendre et voir presque tous les jours dans les médias. 

• Françoise Abanda 

À 21 ans, la jeune Montréalaise est une star du tennis depuis déjà plusieurs années et s’illustre sur les plus grands courts. En 2017, après une carrière chez les juniors, elle participe pour la première fois à Roland-Garros et à Wimbledon, deux des tournois les plus prestigieux de la scène internationale, et se hisse au 111e rang mondial. L’année dernière, elle a connu une saison plus décevante, terminant au 224e rang mondial. 

• Dominique Anglade

Même avant de devenir députée, puis ministre de l’Économie et vice-première-ministre dans le cabinet de Philippe Couillard, Dominique Anglade était une personne d’influence au Québec. Ingénieure de formation, elle connaît une brillante carrière et s’illustre dans le milieu des affaires, notamment comme présidente-directrice générale de Montréal International. Elle est toujours députée de Saint-Henri-Sainte-Anne et pourrait briguer la chefferie du Parti Libéral du Québec au cours des prochains mois. 

• Yvette Bonny 

Pédiatre-hématologue à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, la Dre Bonny est connue comme la Patch Adams de l’établissement, grâce à son approche basée sur la compassion et l’humour. Elle a été la première médecin à effectuer une greffe de moelle osseuse au Québec, en 1972, et a beaucoup fait avancer le traitement de l’anémie falciforme, qui touche surtout les personnes noires.

• Juanita Westmoreland-Traoré 

Première juge noire du Québec, elle est également la première doyenne d’une faculté de droit au Canada (Université de Windsor). Très engagée tout au long de sa carrière dans la lutte contre la discrimination, elle a reçu en 2008 le prix Droits et libertés de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Aujourd’hui retraitée, elle continue à s’investir auprès de diverses organisations comme Centraide Montréal, la Ligue des droits et libertés, le Congrès des femmes noires du Canada et le Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes.

• Linda Malo

Elle a tenu le rôle-titre de la toute première série mettant en vedette une femme noire au Québec, Jasmine. Linda Malo a également été animatrice et a lancé il y a quelques années une boîte de production. 

• Michaëlle Jean

D’abord connue comme journaliste, animatrice et cheffe d’antenne à Radio-Canada et CBC, Michaëlle Jean devient en 2005 la première personne noire à être nommée gouverneure générale du Canada, hommes et femmes confondus. À la fin de son mandat, en 2010, elle agit à titre d’envoyée spéciale de l’UNESCO en Haïti, puis devient chancelière de l’Université d’Ottawa. Elle est ensuite nommée Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, poste qu’elle occupe de 2014 à 2018. 

• Marjorie Villefranche

Directrice générale de la Maison d’Haïti, elle y a œuvré pendant plus de 30 ans comme directrice des programmes. Elle a été partie prenante de l’essor de l’organisme qui vient en aide à toute la communauté en offrant des services d’alphabétisation, d’intégration des nouveaux arrivants, d’accès au travail et d’aide aux parents, entre autres. 

• Varda Étienne 

Varda Étienne a contribué à faire tomber de nombreux tabous au sujet de la maladie mentale en publiant son premier livre, Maudite folle, en 2009. Elle a lancé il y a deux ans sa propre ligne de cosmétiques, V Kosmetics, spécialisée dans les produits adaptés pour toutes les teintes de peau. 

Notons que le magazine « Châtelaine » fondé en 1960 est une revue mensuelle qui s’adresse exclusivement à un public féminin.     

Laisser un commentaire

Catégories