© %author%

Stepherly Murielle Paillant, une avocate stagiaire qui voit les choses en grand

« Le dévouement est la plus belle coiffure d’une femme » disait Eugène Labiche, auteur dramatique français. Une citation qui, dirait-on, n’engage que son auteur. Pourtant, sans chercher midi à quatorze heures on peut l’associer à Stepherly Murielle Paillant, cette jeune avocate stagiaire, écrivaine qui se consacre à la cause des femmes d’une part et d’autres part, à la cause de toutes les personnes qui se font piétiner tous les jours parce qu’elles ignorent tout simplement leurs droits. Lisez les débuts d’un parcours prometteur d’une jeune influenceuse.

Stepherly Murielle Paillant, est la fille aînée de Marie Ginette Paillant et de William Paillant, elle a deux sœurs. Elle est née le 22 juillet 1995 à Port-au-Prince elle a affectué ses études scolaires au Collège Saint François d’Assise. Avocate stagiaire au Barreau de Port-au-Prince, elle a fait ses études universitaires à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques, Sociales et Politiques de l’Université Notre Dame d’Haïti.

Tout le monde a une histoire qui raconte les raisons de son orientation professionnelle, la sienne découle en premier lieu du fait qu’elle n’est pas du tout friande des chiffres. Les maths semblent lui tourner la tête. Ainsi, son amour pour les sciences juridiques a pris naissance en 3ème année avec le cours de plaidoirie.  » J’ai découvert, dit-elle, la beauté de ce métier lorsque j’ai pu remarquer que le droit ce n’est pas seulement l’absence des maths mais c’est aussi une philosophie de l’art de la parole, mais aussi de comprendre et de faire valoir ses droits en tant qu’Homme, et en tant que citoyen. Alors, en 4ème année j’ai décidé de devenir avocate pour comprendre et connaitre mes droits et du coup apprendre aux autres à connaitre leurs droits et à les faire valoir et respecter par la société ».

Murielle a une passion inouïe pour la lecture. Elle ne se limite pas qu’aux romans à l’eau de rose, mais dévore également sous les dents les essais et les livres sur le droit. C’est ce qui fait qu’elle s’est imprégnée dit-elle d’un amour particulier pour l’écriture.

Elle a justement déjà à son actif deux ouvrages dont le premier titré « Mon mal humain » qui dénonce les sévices corporels et sexuels que subissent les enfants, il a été édité  en France en 2020 aux Éditions Edilivre. Son deuxième livre  » Les secrets de la plaidoirie » publié en Haïti en 2021. Rédigé suite à sa participation au concours de plaidoirie sur les droits humains organisé par la BDHH en 2021, dont elle a été la 2ème lauréate aux côtés de Rose Lumane Saint Jean. Elle a précisé que l’idée lui est venue à l’esprit parce qu’elle voulait partager son expérience aux autres concurrents et toutes les personnes aimant la plaidoirie ou qui veulent avoir de bonnes techniques pour plaider notamment ou parfaire leur prise de parole en public.

Après sa participation au concours elle a été un modèle inspirant pour beaucoup de jeunes filles sur les réseaux sociaux. Ses boites de messageries ont depuis été bondées de paroles de motivation qui l’ont incitée à aller de l’avant. Récemment, elle a été nommé ambassadrice de « SheBuilds Global Initiative » une organisation qui fait la promotion de la femme dans les domaines entrepreuriales et sociales. Cette nomination lui permettra d’assurer des formations pour les femmes pour les motiver sur leurs véritables importances au sein de la société et les renseigner sur leurs droits.

Murielle Paillant a la franchise dans l’âme, elle sait par dessus tout ce qu’elle veut dans la vie. Si certaines ont dû mal a s’accepter pour une raison ou pour une autre, elle, elle dit aimer le fait qu’elle soit née femme.  » En tant que femme j’ai pu avoir beaucoup de confiance en moi, il est clair que dans les sociétés les femmes sont mises à l’écart, nous sommes considérées comme le sexe faible. Malgré tout, je pense qu’être née femme c’est le plus beau cadeau que j’ai dans la vie ». Par contre, face aux mauvaises habitudes des uns et des autres qui sans nul doute détruisent les relations humaines, elle ne reste pas insensible. Elle déteste donc, la procrastination, le mensonge, l’hyprocrisie et les fausses personnes.

Féministe à sa manière, la jeune femme plaide pour l’insertion, et l’implication active des femmes dans la société, mais critique le mouvement féministe à l’haïtienne qui tend selon elle à rabaisser le sexe masculin, qui dit aux femmes qu’elles peuvent  tout faire sans les hommes, pour elle, c’est un message discriminatoire et faux. « Nous pouvons tout faire avec les hommes et non sans eux. Donc, je peux dire que je suis féministe, certes, mais le mouvement féministe à l’haïtienne ne s’aligne pas avec ma philosophie », précise t-elle. Elle a d’ailleurs en perspectives la rédaction d’un livre sur les droits des femmes, histoire d’éduquer ces dernières sur l’origine du mouvement féministe, de mieux connaître leurs droits.

Pour clore l’entrevue, Murielle a tenu à lancer un message spécial aux lectrices et aux  lecteurs de Dofen News : « Faites ce qui vous fait du bien, n’hésitez pas à réaliser vos rêves, que vos choix soient les vôtres et non ceux d’autrui. Ne laissez quiconque prendre la parole à votre place. Soyez vous même, car, le pouvoir de devenir ce à quoi vous aspirez est entre vos mains et non celles des autres ».

Laisser un commentaire

Catégories