© %author%

Tafa mi-soleil home concert : charmante ballade au cœur du néo soul

À l’occasion de son 24eme anniversaire, le jeudi 17 mars, la chanteuse Tafa Mi-soleil a charmé son public dans un concert d’une vingtaine de minutes déroulé en live. Sensualité, maturité, douceur et simplicité ont été au cœur de cette ballade dédiée à l’amour, à la femme et à la carrière de la jeune artiste.

« Se fèt mwen. N ap fete 2 lane depi m lanse karyè m antanke atis solo. Epi antanke feminis mwa mas se yon mwa ki gen anpil valè nan je m paske se mwa konba, batay fanm.. », des mots d’ouverture prononcés par celle qui était la reine de la soirée.

C’est dans une petite robe rose avec des manches bouffantes, un décolleté plongeant que la chanteuse fait son apparition. Dans un simple et chic décor composé d’un petit vélo, deux colonnes de roses ornant une mini balançoire, un miroir et deux musiciens, Tafa mi-Soleil commence son show.

Quelques douces notes débutent la ballade qui sera faite de douceur, de sensualité et de simplicité. « Piga kont. Piga bri. Piga kraze. Sa lanmou mare. Piga move jou fè n bliye eprèv nou te sipote. Pinga. Pinga… » les premiers mots suavement chantées par une Tafa avec la voix sur des airs de jazz.

Face au miroir, l’artiste nous confie qu’elle est amoureuse d’une bad boy mais elle n’en a que faire des on-dits. « J’suis tombée amoureuse d’un bad boy. Me posez pas de question. Que ça vous plaise ou non. On s’aime. Le temps d’une chanson. Un titre qui se trouve sur l’EP de la chanteuse française Yseult, Brut sorti en 2020.

« Reponn », nom et titre de son récent et premier EP assure la suite, penchée sur son escarpolette. Après avoir demandé à son chéri de lui donner des réponses, la chanteuse expose son amour brûlant en augmentant un peu la cadence. Sourire aux lèvres, quelques pas de danse. On se régale.

« Comment pourrais-je vouloir une autre histoire?
Un peu de toi et plus de brouillard
Si l’on me demandait je ne saurais pas pourquoi
C’est toi qui me fais vibrer, penser
Que l’on est pour aimer
Vibrer, chanter, rêver », une reprise de la guadeloupéene Stevy Mahy, mais « haïtienne de cœur ».

Comme dit le vieux adage. Toute bonne chose a une fin. Et c’est avec Mizik sove vi m » que la styliste a mis fin au show. Un dernier morceau qu’elle interprète avec son âme. Avec Tafa Mi-Soleil, soit on l’aime ou on l’aime pas. Néanmoins il faut avoir le mérite d’affirmer que la chanteuse a beaucoup gagné en maturité et technicité. Les multiples commentaires favorables qui n’ont pas cessés de pleuvoir au cours de sa prestation confirment la consécration de ce talent pur.

Laisser un commentaire

Catégories