Crédit photo : Alex Grimm/Getty Images

Team USA ne veut pas aller à la Maison Blanche après son sacre en France

« Je n’irais pas si la Maison Blanche lançait cette invitation et je crois que tous les membres de l’équipe à qui j’ai parlé explicitement de cela n’iraient pas » telle est la ferme déclaration de la star américaine du football féminin Megan Rapinoe, mardi 9 juillet 2019, sur CNN.

En prélude à sa fameuse victoire sur le Pays-Bas (2-0 en finale), l’équipe féminine américaine de football n’a pas souhaité payer sa présence à la Maison Blanche si elle y est invitée comme le veut la tradition. La capitaine Megan Rapinoe, elle qui n’a jamais été fan du président Donald Trump, n’a surtout pas voulu lui partager la victoire de son équipe.

Sur ses performances viennent ajuster ses joutes textuelles avec le président Donald Trump qui ont tant fait parlé d’elles pendant la compétition. Megan n’a pas mâché ses mots pour répondre au Magazine Eight by Eight qui souhaiterait savoir si elle était excitée à l’idée d’aller à la Maison Blanche où sont généralement reçu.e.s les championnes et champions américain.e.s après leurs titres mondiaux. « Psssh. Je ne vais pas aller à cette putain de Maison Blanche. Non je ne vais pas y aller. On ne sera pas invitées. J’en doute » a-t-elle lancé. Elle a conçu cette rencontre comme une opportunité pour l’administration Trump d’exhiber l’équipe et qu’elle n’a nullement l’envie de se laisser faire.

Cette déclaration n’a pas laissé indifférent le président américain qui a tout de suite envoyer sa réponse. « Je suis un grand fan de l’équipe féminine américaine de football, mais Megan Rapinoe devrait gagner avant de parler ! Finissez le travail » a-t-il déclaré sur son compte twitter.

Le 27 juin celle qui a reçu deux récompenses individuelles en plus du titre suprême a déclaré dans un tweet qu’elle a voulu enlever le gros mot de sa déclaration car selon elle, sa maman ne serait pas contente. Mais sans pour autant retourner sur sa décision de refuser l’invitation de la Maison Blanche. La star a dit vouloir que ses coéquipières réfléchissent longuement, selon elle, l’administration Trump ne partagerait pas leurs opinions, et ne défend pas les même choses qu’elles.

Celle qui a fini meilleure joueuse et buteuse de la compétition n’a pas été seule à soutenir cette idée drastique. La sélectionneuse Jill Ellis pour sa part a précisé que le président ne serait probablement pas surpris de l’absence des autres joueuses de l’équipe. Par ailleurs, Alex Morgan continue pour dire qu’il s’agit d’une décision personnelle mais la Maison Blanche devrait en tout cas s’attendre à une réponse collective.

D’entrée de jeu, la milieu de terrain Allie Long a affirmé que toute l’équipe soutient la militante reconnue Megan Rapinoe. « On se lève et on se bat ensemble. Et puis de toute façon, on n’est encore pas invitées » a précisé Allie Long. Onze jours après une passe d’armes avec Megan Rapinoe, on s’attendait à la réaction du président américain suite au sacre de l’équipe féminine américaine de football. S’il l’a félicitée sur son compte twitter, il ne l’a sûrement pas invitée à la Maison Blanche. Consciente de sa voix de meneuse, Megan a toujours été convaincue que toute l’équipe serait de son côté.

Toutefois, celle qui revendique toujours son homosexualité s’acharne à égratigner le président Donald Trump à travers ses différentes déclarations. « On est juste un groupe de femmes fières, fortes et déterminées, ayant la volonté de changer le monde autour de nous » a martelé la joueuse sacrée meilleure joueuse de la compétition. Selon ses mots d’attaque, les contours de ce monde qu’elle et ses coéquipières veulent changer agacent au passage le président Donald Trump.

Laisser un commentaire

Catégories